Archive pour 'Confidences'

Ce que des hauts cadres d’état ont transformé en propriété privée

Le fils du directeur général de l’hôtel  El-Djazair accusé d’avoir détourné des milliards

Il a pris trois chambres à l’hôtel durant 3 ans avec 0 Dinar pour des proches de hauts  responsables de l’état.Ce que des hauts cadres d’état ont transformé en propriété privée dans Confidences dja2-300x225

C’est ce qui a été découvert sur le fichier de l’hôtel. Un autre scandale de corruption que connaît le secteur du tourisme en Algérie, en particulier le plus important et le plus prestigieux des Hôtels de la capitale Algérienne, qui est l’hôtel  El-Djazair, fréquenté par les hauts fonctionnaires et responsables de l’état, devenu depuis plus de 10 ans un endroit terrible où reigne l’anarchie et la corruption, et qui l’ont transformé en propriété privée. 

Le  lourd dossier, sous forme de rapport de contrôle,  transmis aux bureaux de l’IGF, démontre l’ampleur de la catastrophe que vit l’Hôtel El-Djazair dans le domaine de la gestion administrative et financière, ainsi que la violation des lois en vigueur, le détournement et le gaspillage de l’argent public dans des dépenses énormes, et le gaspillage de l’argent public sous des achats dont l’hôtel n’a pas besoin, comme  mentionné dans les registres de comptabilité de cet établissement.

Dans ses Enquêtes, la police économique a découvert que les gérants de l’hôtel  ont acquis plusieurs équipements, avec des sommes énormes, et qui ne sont, ni utiles, ni dans le besoin, comme en particulier matériels de cuisine, de linge supplémentaire stocké plusieurs années,   ainsi que de voitures de fabrication allemande.

Parmi les scandales qui ont été révélé sur la base des documents et pièces justificatives, on trouve de nombreuses opérations de maintenance et la restauration et dont le coût est de plusieurs Milliards, surtout pendant la période où l’hôtel a cessé de travailler depuis 1992, ce qui a entraîné une hausse des dépenses au cours de cette période de façon spectaculaire et inquiétante. 

Un autre scandale de calibre et dont l’enquête se poursuit avec le fils du directeur général de l’hôtel, en l’occurrence « k, h », accusé d’avoir détourné 40% des revenus des soirées de Hall et concerts, « Pacha Club», et dont il a été convenu d’attribuer 60%  à la trésorerie l’hôtel et 40% au chargé de la salle, et ce conformément à la réglementation de cet hôtel. L’enquête a permis de découvrir que les gérants ont expulser l’ancien responsable de salle, sous prétexte d’expiration du contrat, pour placer le fils du directeur général de l’hôtel comme responsable de la salle, ce qui lui a permis de récolter plusieurs dizaines de Milliards dans les dix dernières années, laissant ainsi la trésorerie de l’hôtel. Et pour justifier ce détournement, les gérants de cet établissement ont camouflé, sur les registres de comptabilité, en portant que la salle des fêtes est fermée pendant cette période pour absence d’un responsable officiel, comme dit dans les règlements qui régit le fonctionnement.

L’enquête a aussi révélé que des proches de fonctionnaires de l’hôtel ont réservé trois chambres pendant trois ans à 0 DA, alors que le prix par chambre est de 12 mille dinars par nuit, ce qui signifie que plus de 30 milliards et 660 millions.

La face cachée de Chakib Khellil

Chakib Khellil, le ministre algérien de l’énergie, a la nationalité américaine.

Très curieusement, il est aussi président de l’OPEP.

Autant dire, pour les deux fonctions qu’il exerce, que c’est la métaphore du loup dans la bergerie qui vient à l’esprit.

Cet homme, né au Maroc, a très peu connu son pays d’origine et a fait ses études aux USA.

La face cachée de Chakib Khellil dans Confidences chakib-khelil-300x233Il y a exercé en qualité d’ingénieur et de manager dans des sociétés comme Shell, Philips Petroleum et notamment avec le Bureau d’Études Mc Cord à Dallas.

Il a atterri à Sonatrach en 1971
où il est nommé Chef de département gisements à la Sonatrach,
et président de la société Alcore –
Joint Venture entre la Sonatrach et Coreb, une société américaine.
Deux ans plus tard, il est bombardé Conseiller technique auprès de la Présidence de la République. Il exercera, par la suite, et jusqu’en 1999, diverses fonctions de conseiller avant d’être mis à la retraite anticipée.
Il n’y restera pas longtemps en inactivité, puisqu’il sera appelé par le Président Bouteflika au poste de Conseiller à la présidence.

Avant d’être propulsé au poste le plus stratégique et le plus vital du pays. Celui de ministre de l’énergie et des mines.
De nombreuses personnalités ont affirmé, de façon catégorique, que cette nomination a été “souhaitée” par les Américains.

On le comprend d’autant plus, lorsqu’on connaît la pratique des assassins financiers telle que décrite par John Perkins, que Chakib Khellil a abandonné une carrière très prometteuse aux USA, pour venir travailler à Sonatrach, dans un poste où il ne s’éternisera pas.

Son parcours fulgurant laisse penser, en effet, qu’il a bénéficié de l’appui déterminant de ses compatriotes américains.
Ses efforts, remarqués, pour faire passer une loi sur les hydrocarbures, qui n’était rien d’autre qu’un vaste plan de bradage de nos ressources à des compagnies pétrolières, laisse deviner ce qu’est la mission de cet assassin financier.

La création de BRC en 1994, au moment où les carnages des populations civiles faisaient rage, une période propice pour toutes les grosses opérations de pillage perpétrées par les généraux janvieristes, est un argument frappant sur le véritable rôle que cet homme joue dans le régime.

BRC, un joint venture entre Sonatrach et Halliburton, une des sociétés du très neocon Dick Cheney, a bénéficié de 43 marchés de gré à gré, en violation flagrante avec le code des marchés publics.
Une inspection de l’IGF, dilligentée par Ahmed Ouyahia, le chef du gouvernement de l’époque, qui est pourtant une créature du DRS, allait révéler un scandale sans précédent dans l’histoire du pays.

La valeur de ces marchés de gré à gré a été surestimée, jusqu’à 700% pour certains, comme les hôpitaux militaires de Constantine et d’Oran. Cette incroyable prédation s’élève à plusieurs milliards de dollars.
Mais le plus choquant est que la BRC, supposée être spécialisée dans les travaux pétroliers, a fourgué à l’Algérie des mallettes de transmission et d’écoute militaire qui avaient été “bricolées” par la CIA pour espionner l’armée algérienne.

Un lampiste tout désigné, le PDG de BRC fut jeté en prison, et la BRC dissoute sur ordre du président. Une dissolution en catastrophe, pour empêcher la vérité d’éclater en plein jour.
Mais ce n’est pas tout.

Il s’est avéré, plus tard, malgré le black out qui pèse sur tout ce qui concerne la BRC, que celle-ci a fait réaliser, en sous traitance, par une société canadienne qui n’avait rien à voir avec le génie civil, une base américaine dans le sud algérien.

A l’insu du peuple algérien, et contre la volonté de certains décideurs militaires algériens.
C’est probablement à la suite du mécontentement de nombreux officiers de l’armée algérienne, que la construction de cette base américaine, qui avait déjà accueilli des marines américains, sera interrompue.
Ce cas de haute trahison sera étouffé. On croit savoir que le général de Corps d’armée Mohamed Lamari aurait été prié de partir à cause de cette scabreuse affaire.

Le fait que Ahmed Ouyahia, le chef du gouvernement de l’époque ait demandé une enquête de l’IGF montre bien qu’un clan du DRS était contre les agissements de BRC et de l’installation d’une base américaine dans le Sahara algérien.
Le fait que le Président Bouteflika ait dissous cette société dans la précipitation, sans véritable audit, et que l’IGF ait été empêchée, malgré ses attributions et son ordre de mission, de pousser ses investigations jusqu’à un certain niveau, sont significatifs d’une volonté d’empêcher les algériens d’accéder à une terrible vérité.

Celle de pratiques criminelles sur le trésor algérien et de haute trahison contre la sûreté de la nation, dont Chakib Khallil est l’un des suppôts.


L’information que ses fils, Jean Kriss et Paul Ahmed ( FILS DE cHAKIB kHALIL ), 


dont l’un a été employé par la Sonatrach avant d’être engagé par la société Poten, spécialisée dans la commercialisation du GPL, domiciliée à la 3eme Avenue à New York, et dont certaines sources disent qu’elle appartient, en partie, à des personnalités du régime algérien, nous renseigne un peu plus sur le personnage.

Il semble donc, qu’en plus d’être américain, ce qui aurait dû être totalement rédhibitoire pour occuper le portefeuille de ministre de l’énergie, qu’en plus d’avoir cherché à privatiser, par des moyens scélérats, la principale ressource du peuple algérien, au profit de ses compatriotes américains, qu’en plus d’avoir placé ses enfants au cœur du business américain, qu’en plus d’avoir mouillé dans une sombre histoire de haute trahison, et d’avoir fait jouer la pression américaine pour étouffer le plus grand scandale qu’ait connu le pays,

Monsieur Chakib Khellil continue de vaquer à ses affaires et à celle de sa chère Amérique sans être inquiété le moins du monde.

Voilà où en est réduite l’Algérie. Voilà ce que sont nos dirigeants. Admirez avec quelle cynisme ils nous dépouillent et rient de nous !

Pendant que les enfants de l’Algérie meurent noyés parce qu’ils ont voulu quitter leur malheureux pays, pour aller se réfugier en Europe, leurs enfants à eux, Américains, Français, Britanniques et autres font leurs études dans les écoles les plus prestigieuses d’Europe et d’Amérique et sont introduits dans les milieux les plus huppés du Business.
Le tout avec l’argent du peuple algérien et sur son dos !

Remaniement gouvernemental : Fin de mission pour Sellal

Une source bien informée auprès du palais d’El Mouradia nous apprend que le président de la République Abdelaziz Bouteflika va procéder au limogeage d’Abdelmalek Sellal très prochainement.

Ce changement qui intervient à une année avant les élections présidentielles d’Avril 2014 est dû aux scandales de corruptions et à répétition qui secouent l’entourage et aussi la famille de Bouteflika, aux différentes déclarations contredites entre le premier ministre et le ministre de l’intérieur Dahou Ould Kablia concernant la révision de la constitution, mais surtout à l’échec de Sellal dans la gestion de la protestation, surtout celle du Sud Algérien, notamment le mouvement des chômeurs de Ouargla.

Notre source rajoute que la crise persiste au sommet de l’Etat et une vraie bataille est menée entre le DRS (Clan de Toufik et Tartag) et l’Armée (Clan de Bouteflika) pour désigner le remplaçant de Sellal. Le patron du DRS veut imposer l’ancien ministre de l’économie, Mourad BenAchenhou, tandis que le clan de Bouteflika veut désigner l’actuel secrétaire par intérim du RND, Abdelkader Bensalah. Aux Échecs, les Fous sont les plus proches du Roi. Un microbe remplace un autre.

Une chose est sure : Les deux clans sont très loin de trouver un consensus autour du prochain président de la république, ou équilibrer le clan de l’est et de l’ouest.

Mais il parait que c’est Abdelkader Bensalah qui sera le prochain premier ministre, pour calmer la crise qui secoue de plus en plus la Maison RND, tandis que Mourad BenAchenhou sera candidat aux présidentielles d’Avril 2014. Remaniement gouvernemental : Fin de mission pour Sellal dans Confidences guerre-entre-drs-et-larmee-300x225

Mais qui est Abdelkader Bensalah avant qu’il soit secrétaire par intérim du RND ?

Né le 24 novembre 1941 à Tlemcen, Abdelkader Bensalah a été journaliste au quotidien El Chaab en 1967, puis journaliste à El Moudjahid de 1968 à 1974. Il a été  ambassadeur d’Algérie en Arabie Saoudite et en Egypte et député du parti unique.

Après l’arrêt du processus électoral de janvier 1992,  il a été porte-parole de la Commission de dialogue national (CDN) qui a conduit en janvier 1994 Liamine Zeroual à la tête de l’Etat. Il a présidé le Conseil national de transition (CNT) jusqu’en juin 1997 date de son élection en tant que député puis président de l’APN à la faveur de la « victoire » de son parti le RND dont il a été le secrétaire général. Créature du DRS, le RND a obtenu, grâce à la fraude et l’usage des armes, la majorité des sièges lors des élections législatives du 5 juin 1997. «Le bébé né avec des moustaches» a obtenu 156 sièges sur 380, suivi du MSP et du FLN.

Après le décès de Mohamed Cherif Messadia en 2002, Abdelkader Bensalah, démissionne de son poste de député du RND pour devenir président du conseil de la nation !  Un sénateur n’a pas hésité à remarquer, selon L’Expression, qu’ «aucun pays ni aucune démocratie n’ont vu un député élu par le peuple démissionner de son poste pour prétendre sans équivoque au poste de président d’une autre institution».

LES ELECTIONS A AIT BOUADDOU DE A à Z

Alliance : Désormais, pour utiliser le terme alliance, il faut une autorisation spéciale co-signée par le FLN et le FFS. Pour les futurs mariés, l’article 80 revu et corrigé vous oblige à officialiser votre alliance (mariage) au siège de la daïra de Ouadhias.

Bureau : le bureau 103 a été la cause du retard dans l’annonce du taux de participation national. Les saboteurs ont prévu seulement de ralentir le vote à Ait Djemaa. Pour une fois, le FFS a réussi a réaliser beaucoup plus que ce qu’il a prévu. Ça  s’annonce bien pour les futurs retards dans la réalisation des projets et programmes.

Chef de Daïra : témoin historique de… (Voir alliance).

Deux : comme le nombre de bulletins du super électeur et candidat du FFS. Une autre preuve du plan de sabotage du vote à Ait Djemaa.

Entente secrète  avant l’alliance officielle. C’est aussi un détournement de voix des électeurs.

FFS+FLN+Fraude = Fermeture de la mairie

FFS+FLN= Faillite Fatale

Guînes des records : est enrichi de nouveaux records comme la dépense moyenne journalière en photocopie qui est de 8600 DA et la consommation journalière en carburant par véhicule qui est  de 3000 DA. Notre commune s’appellera désormais « Maison d’édition ait Bouaddou » avec une filiale de transport qui fait quotidiennement Alger -Tamanrasset.

Histoire : on continuera à nous raconter des histoires. Cette fois –ci, ça sera celles des anciens moudjahiddines nés après 1962 et avec une langue de bois. La matière est abondante.

Incompétence : le critère de plus exigé pour gérer les affaires des citoyens à Ait –Bouaddou.

Justice : que justice soit faite et fête.

Karim TABBOU : Trahi par ses compagnons…et il aurait gardé le contact (par téléphone) avec eux. Mensonges et trahison.

Lumière : Qu’elle soit faite sur la fraude et sur la dilapidation de l’argent public.

Médiocrité : le règne de la médiocrité va encore continuer à Ait Bouaddou. Aucun diplômé au sein de l’exécutif communal.

Nausée : à force de voir ce défilé d’opportunistes

Opportunisme : spatio-temporel, y compris le week-end où on devient militant UDS.

Procuration : l’administration a tout essayé pour limiter le nombre de procurations favorables au RCD. À la fin, une cinquantaine avaient disparu. Vous cherchez encore une autre preuve de la fraude ?

Queue : quand on est sanctionné pour sa mauvaise gestion, on s’accroche à tout ce qui vient.

Ruse : qui consiste à organiser des semblants de débats lors des meetings. N’est ce pas messieurs du FFS ?

Stratégie du FFS qui consiste à provoquer et exploiter toutes les divisions possibles au sein de la commune, des villages et des familles.

Travail : des chercheurs de travail en moins, c’est le seul résultat du vote.

Union : contre le changement, parce que le changement fait peur, très peur.

Vérité : elle finira par éclater et emporter tous les tricheurs et fraudeurs. 

Wait and see : telle est la situation actuelle.

X : en mathématiques, x c’est l’inconnu. À Ait Bouaddou, on est dans l’inconnu du moment que nos affaires seront gérées par des gens qui se sont trompés d’adresse. Au lieu de postuler à l’APC, ils auraient mieux fait d’aller à l’ANSEJ ou à l’ANEM.

Yoga : Les membres du futur exécutif doivent pratiquer le yoga pour échapper à la misère des citoyens et à la désolation de la commune.

Zut ! Je termine par une interjection, car malheureusement, l’alphabet ne contient que 26 lettres ; alors qu’il reste beaucoup de choses à dire.   

LES ELECTIONS A AIT BOUADDOU DE A à Z dans Confidences ait-bouaddou-de-a-a-z-300x126

Les élections à Ait Bouaddou de A à Z

Les paradis fiscaux des généraux

Dans le monde bancaire occidental qui se veut irréprochable, honnête et consciencieux, il est tout à fait indigne que l’on puisse fermer les yeux sur des pratiques très graves aux suites plus que désastreuses pour des populations toutes entières. Pire encore, il convient même de parler de complicités criminelles quand on se rend compte des conséquences directes de telles complicités sur la politique interne algérienne et les évènements qui s’y sont déroulés depuis près de deux décennies.

Les paradis fiscaux des généraux dans Confidences 544130_414676655290160_1276454752_n-300x225En effet les responsables des banques étrangères concernées par ces pratiques de blanchiment en tout genre, connaissent très bien l’origine des fonds versés dans leurs banques par les responsables militaires algériens.
Ces banques buandières traitent avec les généraux algériens avec une amabilité et une courtoisie déconcertante en fermant les yeux devant l’afflux de sommes d’argent faramineuses et de biens malhonnêtement acquis. Elles encouragent ainsi et de manière directe le recèle des biens du peuple algérien.

L’histoire se répète et les responsables des banques mises en cause ferment les yeux encore une fois sur la spoliation du peuple algérien par des généraux véreux qui ont mis le pays à feu et à sang dans le seul et unique but de s’enrichir. Agissant en toute impunité derrière leur écran de fumée et de sang, les généraux assassins n’ont à aucun moment mesuré la portée de leurs machinations et n’ont jamais pris en compte le devenir de l’Etat algérien et le sort de son peuple meurtri.

Comment la dette algérienne a-t-elle pu atteindre des montants aussi faramineux ?

Pourquoi des gouvernements dits « démocratiques » peuvent-ils fermer les yeux sur des pratiques qu’ils condamnent publiquement mais qu’ils encouragent par leur silence ?

Comment de puissants services de contrôle financier européens dotés des moyens d’investigations les plus pointus peuvent-ils tourner le dos aux agissements frauduleux de diverses banques qui couvrent et encouragent le vol ?

La réponse à ces interrogations relève comme à l’accoutumé de la raison d’Etat qui fait que l’on doit taire tous les sens au nom de cette muselière anti-démocratique. Il est ainsi bien plus facile de faire et défaire des gouvernements, manipuler des dictateurs aux fortunes nauséabondes et par conséquent, se faire le maître du destin de populations entières.

Le drame algérien trouve ses origines autant dans les banques en Suisse, en France, au Luxembourg et au Liechtenstein, que dans le cabinet noir des démons de l’apocalypse.
Les généraux suivants, pour ne citer que ceux là comme exemples, bénéficient de la complicité des banques mises en cause pour mettre à l’abri des centaines de millions de dollars prélevés sur les comptes de l’Etat algérien au détriment des malades qui dépérissent dans les hôpitaux délabrés, des orphelins qui courent les rues et des hommes et femmes qui troquent leur honneur pour une bouchée de pain.

* Le général major Larbi Belkheir:

Il possède plusieurs comptes bancaires dans une banque à Genève en Suisse qui est le Crédit Lyonnais; ces comptes sont en gestion privée.

Parmi ces comptes, les deux premiers ont été ouverts par Belkhier en personne durant l’année 1988 à la dite banque située à la place Bel- Air, Genève1204; l’un nominatif Larbi Belkheir dont le numéro est: 104088 C, dans lequel il a fait un premier versement à l’ouverture, d’un montant de 1.220.000 dollars, c’est un compte dépôt rémunéré.
Il a, à plusieurs reprises, utilisé la ligne directe de la présidence de la république pour donner les directives à son gestionnaire qui répond au nom de Dominique Stocker ; le téléphone est le n° 41227056666 ; l’enregistrement des conversations par le groupement contrôle réseau (GCR), organe d’écoute qui dépend du département du renseignement et la sécurité à l’appui.

Son deuxième compte bancaire est un compte numéroté: 5039500321288 qui renferme plusieurs dizaines de millions de dollars issus de diverses transactions avec des firmes étrangères et de commissions de marché.

Il a un autre Compte au Luxembourg qui est aussi en gestion privé. Ce compte est géré par un certain Pascal Gurndrich, téléphone: 352476831300.

* Le général major Mohamed Touati:

Il possède un compte dans la banque Crédit Lyonnais à Monaco, son adresse est, 01 avenue des Citronniers, 98000 Monaco. Mohamed Touati est un client plus ou moins riche, il possède sur son compte portant le numéro: 74293 M un peu plus que 8 millions de dollars.
Le gestionnaire de son compte est monsieur Philipe Sarlin et son téléphone est: 37797973470.

Les transferts de fonds passent sous la couverture d’achats d’ouvres d’art d’une galerie située à Monaco et qu’il possède avec un ancien officier de la Sécurité Militaire (SM), un certain Nourredine Benferhat.

* Le général major Mohamed Mediene:

Il a un compte numéroté en Suisse dans l’union des bancaires privés (UBP), 96-98 Rue du Rhône, Genève 1204 Suisse.
Le numéro de son compte est: 121274552136KM94, il est géré par un certain S. Serval.
Rien que ce compte renferme prés de 62 millions de dollars, une somme provenant pour la plupart des commissions de l’achat d’armements pour l’ANP. Rien que la société sud-coréenne  »Daewoo » a versé plus de deux millions de dollars pour s’établir en Algérie après la liquidation de son premier directeur à Alger.

* Le général major Smain Lamari:

Grâce à ses contacts avec les milieux du patronat français et les hommes qui font du lobbying pour l’investissement en Algérie, il a réussi à faire une vraie fortune et possède à ce titre deux comptes numérotés au Crédit Suisse en Private Banking.
L’un d’eux est sous le numéro: 72796365197821 SP géré par un certain Carone Rolf, il renferme plus de 45 millions de dollars, une somme qui provient pour la plupart des commissions sur les marchés de privatisation et investissements étrangers. Le deuxième est aussi en Private Banking et renferme les Sommes amassées lors de contrats d’armement spécialement avec l’Afrique du sud.

Cela n’est qu’un spécimen de quelques banques qui couvrent les malversations de certains généraux algériens sans que ces mêmes banques ne demandent aux richissimes titulaires des certificats sur l’origine des fonds déposés.

A la lumière de ces exemples, le Mouvement Algérien des Officiers Libres demande officiellement aux banques mises en cause et toutes les banques abritant des comptes qui appartiennent à des responsables algériens, au nom des conventions internationales sur la protection des fonds publiques, au nom des lois internationales qui régissent le traitement de fonds d’origine douteux, au nom du code pénal international en vigueur contre le blanchiment d’argent, au nom des lois algériennes sur le détournement des biens et fonds publiques ce qui suit:

(1)-La levée du secret bancaire des généraux algériens suivant:

Khaled Nezar, Abdelmalek Guenaizia, Larbi Belkhier, Mohamed Lamine Mediene, Mohamed Lamari, Ahmed Boustila, Kamel Abderahim, Smain Lamari, Sadek Kitouni, Mohamed Ghenim, Abdelhamid Djouadi, Mohamed Betchine, Benabess Gheziel, Mohamed Touati, Taghrirt Abdelmadjid, Fodhil Chérif, Said Bey et Hacéne Beldjelti.

(2)- Le gel de tous les comptes bancaires des personnes incriminées dans toutes les banques et l’interdiction de toutes opérations bancaires concernant ces comptes.

(3)-La collaboration des banques avec les instances judiciaires nationales algériennes et internationales afin de mener à bien toutes les investigations nécessaires.

(4)- La dénonciation de toutes transactions bancaires douteuses avec des responsables algériens.

Des poursuites judiciaires seront engagées contre les banques complices qui refuseront de coopérer, au nom du peuple algérien qui ne va plus se taire et regarder ses richesses s’envoler.

Il n’est plus admissible que le peuple algérien souffre le martyr et digère la misère ( plus de douze millions de pauvres soit plus du tiers de la population algérienne), alors que la fortune algérienne à l’étranger dépasse le chiffre de cinquante milliards de dollars.

Il n’est plus acceptable que des généraux mafieux passible devant les instances judiciaires des peines les plus sévères puissent trouver abris dans des capitales qui prônent haut et fort l’égalité et la justice.

Il n’est plus approuvable que le peuple algérien endosse des dettes dont il n’est pas responsable et qui hypothèquent l’avenir des générations futures, alors que les responsables se pavanent dans des cités protectrices et baignent dans le luxe et la luxure.

Il n’est plus admissible que le sang algérien soit versé pour servir de bouclier à la déprédation et au gaspillage de l’Algérie par des généraux indignes qui se bousculent pour le partage des richesses.

Il n’y a aucune raison pour que le secret bancaire (concernant les comptes des généraux mis en cause) ne soit levé, car s’agissant d’argent maculé, honteusement détourné au même titre que l’argent provenant du trafic de drogue ou trafic d’armes que les milieux introduits connaissent bien.

Il n’est inadmissible qu’au moment où des victimes payent dans l’indifférence totale de leur personne pour subvenir à leurs besoins les plus simples, alors que l’argent algérien est indûment entreposé dans des banques peu scrupuleuses.

Pour toutes ces raisons nous appelons le peuple algérien à ne plus rester passif devant le saignement de l’économie algérienne et devant la vente de l’Algérie à de nouveaux colons.

Il est impératif d’arrêter au plus vite et par tous les moyens légaux possibles les généraux responsables de cette calamité et les traduire au plus vite devant la justice afin de sauver l’Algérie et rendre justice à toutes les victimes.

Le Mouvement Algérien des Officiers Libres appelle l’ensemble des femmes et des hommes algériens à s’unir pour le combat contre les criminels véreux et leurs alliés dans le civil pour que la loi puisse être appliquée et que la souveraineté revienne au peuple qui ne croit plus les discours fantaisistes qui ne trouvent plus d’échos.

Notre appel est aussi destiné aux enfants de Chouhadas et enfants de Moudjahidines intègres pour leurs demander de prendre leurs responsabilités devant le pourrissement de la situation dans le pays. Ce sont les premiers qui doivent demander des comptes aux généraux qui ont mis le serment de novembre 54 aux oubliettes, au nom du sang versé par les parents des uns et des autres, au nom du courage des martyrs qui rêvaient d’une Algérie meilleure que celle des généraux, au nom de tous les sacres saints de la guerre de libération.

Aux officiers de l’armée nationale populaire qui réalisent enfin que le Mouvement Algérien des Officiers Libres ouvre pour une Algérie libre juste et souveraine, de prendre les mesures nécessaires qui s’imposent d’abords en refusant de servir de chair à canon, alors que les chefs se gavent, mais surtout en prenant leurs responsabilités devant le serment envers Dieu, envers le peuple et envers les Chouhadas, de protéger et de servir l’Algérie en toutes circonstances même devant la traîtrise des chefs et d’agir en conséquence.

Le Mouvement Algérien des Officiers Libres met en garde le président Bouteflika devant la gravité de la situation actuelle du pays. Même si lui, a rendu une partie de l’argent détourné durant son mandat de ministre des AE dans les années soixante dix, sa notoriété reste vacillante. Il y va de sa crédibilité aujourd’hui en tant que chef d’Etat qui clame à toutes les occasions qu’il est le chef suprême des forces armées, d’ouvrir une enquête sur les agissements mafieux des généraux de son armée. Nous le mettons au défi de prendre toutes les mesures qui s’imposent en commençant par ouvrir le dossier de son ami Larbi Belkheir.

Il est des faits et des gestes qui sont inqualifiables, que les mots même les plus durs n’arrivent pas à décrire, c’est la raison pour laquelle les crimes perpétrés par les généraux resterons et pendant longtemps une honte pour l’armée algérienne.

Le Mouvement Algérien des Officiers Libres mettra tout en ouvre pour démasquer tous les complices étrangers dans les cercles financiers internationaux et les banques complices à tous les échelons.

Marathon au FFS

La fédération FFS de Tizi-Ouzou, et à sa tête Farid Bouaziz est entrain de faire un travail d’enroulement massif en prévision du prochain congrès national.

Ils (Les responsables de cette fédération) distribuent des cartes pour gonfler l’organique du parti et ils sont entrain de jouer à leur sport favori qui est le clientélisme politique. Leur objectif : C’est d’avoir le plus de congressistes. Ce qui veut dire, avoir beaucoup plus de membres au prochain conseil national pour surpasser la fédération de Bejaia.

Et là, pour plaire à leurs véritables chefs du DRS, une guerre de chiffre re-commence entre les deux ‘‘camarades’’ : Chafaâ Bouaiche de Béjaia et  Nassim Sadeg de Tizi-Ouzou.

Pour rappel, voici deux informations sur les deux ‘‘amoureux’’ qui ne partagent apparemment rien avec le FFS sauf des liaisons fatales :

Marathon au FFS dans Confidences marathon-au-ffs-300x225Un gay candidat sur la liste FFS aux législatives du 10 Mai
Publié le mercredi 21 mars 2012.

 


Chafaâ Bouaiche, Un gay, notoirement connu sur la place d’Alger, multiplie les attaques contre ma personne dès qu’il est en manque. Il sévirait sur la toile, sous un pseudonyme « El Mouhtarem » qui est l’exact contraire de son pseudo, dans un blog pornographique « FFS 1963 » faisant office d’un site politique proche du FFS. N’étant pas particulièrement un féru de ce genre de sites, j’ai jamais eu l’occasion de lire les délires répétitifs de ce gay dont j’en entends parler que via des amis. Cet individu, que je ne connais ni d’Ève ni d’Adam, traîne toutefois une réputation suffisamment trouble pour que je m’interdise toute polémique sérieuse avec lui. Je fais par respect à ma propre personne et par mépris pour ce prostitué politique qui a entamé sa carrière à l’UNEA du FLN qu’il quittera pour le RCD avant de finir (pour le moment) au FFS. Je tiens juste à préciser que les gays ne m’intéressent pas. D’ailleurs, dans nos traditions, notre éducation, notre culture cette perversion sexuelle n’est pas une vertu mais une honte. Espérons que ce genre de prostituées cesse d’infester le monde de la presse qu’ils ont rejoint par effraction. C’est une question d’écologie. 
Aujourd’hui, il est devenu chargé à la communication du FFS et numéro 2 sur la liste des candidats aux législatives à Bejaia.

« Heureux les martyrs qui n’ont rien vu »

par Amar Rabia, mercredi 21 mars 2012
PS : Article publié par Kamel Amarni, journaliste au Soir d’Algérie, modifié et actualisé.

En 2005 il a avalé sa carte de militant, en 2012 il est candidat aux législatives !
Par Amar Rabia, mardi 27 mars 2012.

 


copie-de-marathon-au-ffs-300x225 dans ConfidencesCurieux que je suis avec ce qui reste du FFS, j’ai cherché après les candidats, même si je ne voterais pas. Ce qui m’a surpris de plus c’est l’ex ami de mon frère alors qu’ils étaient étudiants à l’université de Tizi-Ouzou.

Sadeg Nassim, de son vrai nom est l’actuel Secrétaire national chargé de la mobilisation et du suivi des fédérations au sein du Front des Forces Socialistes(FFS).

Ce qu’on retient de lui alors qu’il était étudiant à l’université durant plusieurs années, avant de l’abandonner sans diplôme, c’est son surnom « Monica », vu son caractère féminisé.

En 2002, alors qu’il était étudiant en 3 eme année électronique, il négocie avec le doyen de sa faculté pour accéder en classe supérieur, pendant que ses camarades étaient en grève illimité.

Durant la même année, il a été dégommé de la scène syndicale par une jeune génération de nouveaux étudiants, lui et ses camarades du FFS qui ont pris en otage la Coordination Locale des Etudiants (CLE) en otage.

Le 11 janvier 2005, alors qu’il était avec d’autres étudiants membres de la CLE, qui se sont déplacés à l’ITFC d’Alger pour s’acquérir de la situation de l’université d’Alger suite à l’arrestation de Merzouk Hamitouche, il a avalé sa carte de militant FFS, juste après son arrestation par la police et ce de peur d’être découvert qu’il est militant politique.

Le lendemain au soir, soit après la libération des étudiants, il vole 20 DA, je dis bien une pièce de 20 DA, à un malheureux policier qui était posté devant l’entrée du siège du RCD de Didouche Mourad d’Alger.

Pis encore, la même année et à la veille de la marche traditionnelle du 20 avril, il reçoit un coup de téléphone de la part de Karim Tabou pour lui demander de se retirer de cette marche, donc il annonce publiquement sa démission du FFS, et ce juste à coté du pavillon H de la cité universitaire de Oued-Aissi. D’ailleurs, les étudiants savent qu’il y aura marche ou rassemblement, avant même la diffusion de l’appel, dés qu’ils voient Nassim Sadeg faisait l’auto-stop pour fuir l’université.

Une année plus tard, soit en 2006, il vole « une couverture » appartenant à son camarade du Club scientifique d’électronique de Bastos, pour faire l’inventaire de fin d’année à la cité universitaire.

Après avoir passé quatre ans en 4 eme année, il quitte l’université sans diplôme pour rejoindre le siège national du FFS. C’est ainsi qu’il découvre Nabila, la permanente du siège national, qui devient ainsi sa première maitresse.

De Monica, il devient DSK du FFS, non pas l’économiste ; mais avec ses scandales.

Un bœuf-carottes, proxénète, qui devient célèbre sous les traits et les vêtements d’une femme, mais sa vie privée s’en trouve singulièrement compliquée.

Sous l’ancienne direction du FFS, il consomme une facture salée qui dépasse les cinq millions de centimes juste pour les appels téléphoniques à ses maitresses.

D’ailleurs, c’est cette même Nabila, femme forte du siège national, qui le place à la 6 eme place de la liste des candidats de Tizi-Ouzou, avec la bénédiction de Chafaâ Bouaiche qui lâcha devant les contestataires : «Nous n’avons pas besoin de vos voix, en tout cas nos quotas sont garantis et c’est Karim Bahloul qui nous a confirmé».

Avec sa nullité tapageuse, arrogance, incompétence, manque d’idées et étroitesse des vues, Nassim Sadeg n’est rien d’autre qu’un vulgaire professionnel de la pire espèce, en quête permanente et à la recherche de privilèges, comme il l’a toujours fait : il déjeune le matin avec les étudiants, il dine le soir avec les directeurs de cités.

Voici un CV exemplaire d’un militant FFS qui prétend légiférer à la future Assemblée Nationale.

Il était une fois un pays étrange, où le pire était toujours à craindre lorsqu’il s’assoupissait, paraissait résigné, détaché de la chose politique, subissant une étrange langueur dont il n’était en rien responsable.

Nous voici, hélas, au temps des nains !

 


Politiquement ils ont dit « participation tactique ». Le choix des candidats était une stratégie d’épicier
Après la participation tactique, c’est le choix clanique ?
Une commission nationale de choix des candidatures qui était juge et partie.
Décidément, c’est l’éternel : Qim Thoura.527623_3347823904011_1922219567_n

Ali Haddad lancera une chaîne de télévision qui émettra sur satellite à partir d’Octobre

L’Homme d’affaires, Ali Haddad, aura bientôt sa chaîne de Télévision. Certaines sources proches de cet entrepreneur ont indiqué que la chaîne de Télévision, qui s’appellera DzairwebTV émettra sur satellite à partir du mois d’octobre prochain.

Ali Haddad lancera une chaîne de télévision qui émettra sur satellite à partir d’Octobre dans Confidences dzair-web-300x1932Cela fait des mois que le patron de l’ETRHB, qui possède déjà deux quotidiens nationaux, se prépare à une éventuelle ouverture du champ audiovisuel. Il a constitué une équipe de journalistes et responsables qui travaillent dans les trois langues. En plus de Reda Belkhadim qui gère la chaîne, des rédacteurs en chef sont nommés. Ainsi, l’édition francophone sera gérée par Khaled Derarni, la version amazighe par Karim Lakhdari et Kamel Zaït gérera l’édition arabe.

Des journalistes de la chaine sont même en train de couvrir des évènements pour constituer « un frigo », en vue du lancement effectif de la télévision qui diffusera en trois langues. Le patron de l’entreprise, Ali Haddad, a même acquis un immeuble à cet effet. Il est situé sur les hauteurs d’Alger. L’homme a également construit un autre immeuble à Saïd-Hamdine pour abriter les autres filiales du groupe médiatique, à savoir les deux journaux Le Temps d’Algérie et Wakt El-Jazaïr.

Certaines sources avancent que le prochain Directeur de la chaîne de la nouvelle chaîne de télévision n’est autre que Hamraoui Habib-Chawki. Actuellement ambassadeur d’Algérie en Roumanie, l’ancien dirigeant de l’ENTV rentrera bientôt pour gérer la chaine privée.

À rappeler que plusieurs chaînes de télévisions « algériennes » émettent depuis des mois déjà à partir de l’étranger. Il s’agit d’EchouroukTv, EnnaharTv, El-DjazaïrTv, NumediaTv et HoggarTv. D’autres projets sont en cours pour la création d’autres chaines privées. Le journal El-Khabar a annoncé dans un communiqué qu’il a mis en place un comité chargé de préparer le projet. Tous n’attendent qu’une chose : l’ouverture du champ audiovisuel pour s’installer carrément en Algérie.

12345

Pourvillerupt2014 |
C2i3 |
Onesto |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demoschange
| Collectifensa
| I.D.E.A.L. GONFARON