Archive pour 'Confidences'

FFS-MPA : 2 en 1 comme les shampoings !

Ce n’est pas une publicité, rassurez vous. Mais c’est comme ça que ça se passe chez les aventuriers opportunistes. Insolite, mais ça se passe comme ça chez les deux partis de Hocine Ait Ahmed et son voisin du village Amara Benyounes.

C’est le président de l’assemblée populaire de wilaya (APW) de Tizi-Ouzou, Hocine HAROUN, surnommé « l’artiste aux talents multiples » qui appelle par téléphone le directeur de la Radio locale de Tizi-Ouzou, Hamid LARFI, pour lui recommander le recrutement de mademoiselle Fatiha AMMAD comme journaliste, en lui justifiant son intervention que cette jeune rouquine n’est autre que la copine de son parrain, El Hadi OULD ALI, directeur de la culture de Tizi-Ouzou, puisque à un temps récent Hocine HAROUNE était toujours payé comme conseiller auprès de la direction de la culture de Tizi-Ouzou.

FFS-MPA : 2 en 1 comme les shampoings ! dans Confidences haroun-hocine

HAROUN Hocine, président d'APW de Tizi-Ouzou

Comme insolite, c’est El Hadi OULD ALI, qui appelle à son tour le même directeur de la même radio locale, pour lui recommander le recrutement de la même journaliste, à savoir Fatiha AMMAD, mais au motif que c’est la petite copine du président de l’APW, à savoir Hocine HAROUN, et que cette intervention sera prise entre deux collègues de directions.

ould-ali-elhadi dans Confidences

Ould Ali Elhadi, directeur de la culture de Tizi-Ouzou

Intrigué par ces demandes insistantes, le directeur de la radio locale de Tizi-Ouzou accepte de recevoir dans son bureau Fatiha AMMAD. Celui-ci et devant des fonctionnaires de la radio ne tarde pas à se lâcher publiquement en s’opposant à ces deux demandes de faveur : « Mademoiselle, sors d’ici, quand on saura t’es la copine de qui de ces deux là on discutera de ton recrutement ».  

Il est à signaler que cette rouquine, Fatiha AMMAD, qui fait la une des cafés de la ville des genêts et surtout qui salit la réputation des journalistes à Tizi-Ouzou, n’est autre qu’une élue FFS (parti de Hocine Ait Ahmed) à l’APW de Tizi-Ouzou et membre du conseil national du MPA (parti de Amara Benyounes). Deux en un, mais pire que les shampoings périmés ! 

fatiha-ammad

Fatiha AMMAD, élue FFS à l'APW de Tizi-Ouzou et membre conseil national du MPA

Coulisses de l’APW – FFS de Béjaïa.

Pour les élus FFS de l’Assemblée Populaire de Wilaya (APW) de Béjaïa, rien ne manque tant qu’ils ont le pouvoir entre les mains. Ainsi, en plus d’avoir des privilèges, ils abusent de tout dont ils disposent ; ils gèrent la maison comme propriété privée : Argent, luxe et femmes c’est leur quotidien.

Coulisses de l’APW - FFS de Béjaïa. dans Confidences 1016095_620829064594737_1492595011_n

Mohamed Bettache, président d’APW de Béjaïa

Tout le monde parle du successeur de Brahim Meziani, qui est élu Sénateur FFS, Mohamed Bettache, actuel président d’APW de Béjaïa, semble connait bien la maison. Mohamed Bettache, 54 ans, universitaire, a déjà occupé le poste de président de l’APW de Béjaïa de 2005 à 2007. Il était élu à l’APW en 1997, vice-président de l’APW de Béjaïa de 2007 à 2012.

Mais de quoi s’agit-il exactement ?

L’aventure a commencé avec cette dame, Ghania Gasmi, adjointe d’éducation originaire d’El Kseur, qui l’a déjà côtoyé bien avant les élections locales du 29 Novembre 2012. Depuis qu’il est élu président de l’APW, elle ne quitte son bureau (Celui du Président, bien sur) que vers des heures tardives. Elle connait son programme de la journée, voir même celui de nuit, ce n’est pas étonnant car elle est collègue de sa femme au sein de l’académie de Bejaïa. C’est à la veille du congrès du FFS que cette affaire est sur la bouche de tous les Béjaouis, quand elle a été surprise aux environs de 18 h 15 dans le bureau du président d’APW, par la vice-présidente FFS, Rosa Ouberzou, en plein action. Elle lui a même remis une somme de 30 millions de centimes comme aide ‘‘symbolique’’ au congrès.

1184777_609825529060244_941103082_n dans Confidences

Des deux cotés : Rosa Ouberzou et Khaled Tazagharth

Depuis ce jour-là, Rosa Ouberzou est marginalisée par son supérieur qui préfère Madame Kafi, simple élue FLN !

D’ailleurs, elle n’a eu sa place comme membre du conseil national FFS que dans le quota femme puisqu’elle est la seule qui reste du clan Khaled Tazaghart, qui compte ses derniers jours à la tête de la fédération de Bejaïa.

C’est pour cette histoire qui défraie la chronique au sein de la direction nationale du FFS que Mohamed Bettache a préféré de ne pas occuper le logement du président d’APW afin d’éviter un scandale avec sa femme qui le surveille depuis le mois de mars déjà.

Un autre élu du FFS qui n’échappe pas à ces histoires de meurs : Boualem Mimouni,  architecte, actuellement enseignant vacataire à l’université Abderahmane Mira de Bejaïa et en même temps président de la commission aménagement du territoire et transport à l’assemblée populaire de wilaya (APW).Pour ce cas psychiatrique, sans âme ni conscience, il cible les étudiantes universitaires car il connait bien le milieu et surtout il pratique la formule de « Si tu veux avoir un 10, passes au bureau numéro 10 ». Pendant ce temps là, il passe son temps à bluffer sa femme qui est souvent à Akfadou, en lui mentant pour justifier ses absences

63526_563917443629721_925573783_n

Boualem Mimouni, président de la commission aménagement du territoire et transport à l’APW

Même cas avec Youcef Boukoucha,  étudiant -eternel – à l’université de Bejaïa, élu FFS à l’APW et Secrétaire national chargé à la jeunesse. D’ailleurs, c’est ce dernier qui est le lien avec les victimes de cet architecte assoiffé et il parait qu’il prendra la place de Rosa Ouberzou au futur remaniement de l’APW.

1184979_664598073551169_748748122_n

Youcef Boukoucha avec Kasri Abdelhafid, Brahim Meziani et Boualem Mimouni

C’est vrai qu’ils ont le temps et les moyens (puisque c’est avec les moyens de l’Etat qu’ils abusent), mais ils n’auront jamais leurs dignités. Enfin, ils n’ont jamais eu de dignité.

1170744_620541894633942_891093778_n

Mohamed Bettache avec Boualem Mimouni et Kasri Abdelhafid.

Affaire Cherif Rahmani : Les 14 Hectares à Bouchaoui Pour 900 Millions de centimes.

Affaire Cherif Rahmani : Les 14 Hectares à Bouchaoui Pour 900 Millions de centimes. dans Confidences bouchaoui2

Bouchaoui, le site du terrain

Un terrain à Bouchaoui, de 14 hectares, 144550 m2 exactement, à moins d’un milliard de centimes, c’est possible. C’est possible, si vous êtes un proche de Cherif Rahmani, ex-ministre de l’environnement et de l’aménagement du territoire et ex-ministre de l’industrie, de la petite et moyenne entreprise, et de la promotion de l’investissement.

vente-bouchaoui-p11 dans Corruption en Algérie

Vente-BOUCHAOUI-P1

vente-bouchaoui-p21

Vente-BOUCHAOUI-P2

Le terrain, situé au n° 84 Ex coopérative Agricole Hamza Abdelkrim a dans un premier temps été cédé par l’état, le 13/07/1992, en pleine crise algérienne, par un acte administratif n ° 59 Vol 13.

vente-bouchaoui-p31

Vente-BOUCHAOUI-P3

vente-bouchaoui-p41

Vente-BOUCHAOUI-P4

Les premiers bénéficiaires (des prête-noms?) n’ont rien à voir avec l’agriculture. Il s’agit de Lefkir Samir, gérant d’entreprise et surtout, neveu de Rahmani, de Idir Abderahmane, commerçant installé en France, associé à l’homme de confiance de Rahmani, Zaidi Lalioui et d’un cousin de ce même Zaidi, Rabah Lalioui, commerçant à Setif.

jugement-bouchaoui-p12

Jugement-BOUCHAOUI-P1

En juillet et aout 2003, ces personnes cèdent à leur tour le terrain, à Mohamed Seghir Bencherif (chef d’entreprise) et son fils, lui aussi cousin du ministre, puisque Cherif Rahmani – ministre sans interruption (ou presque) depuis 1988 – est neveu de l’ex-patron de la gendarmerie Ahmed Bencherif, les affaires se font décidément en famille, pour la modique somme de 940 millions de centimes, le prix d’un petit F3 à Alger.

jugement-bouchaoui-p22

Jugement-BOUCHAOUI-P2

jugement-bouchaoui-p32

Jugement-BOUCHAOUI-P3

Suites à des protestations, le procureur de Blida ordonne l’ouverture d’une enquête le 12 février 2005 et la gendarmerie procède effectivement à l’enquête. En dépit d’un rapport accablant, ils seront tous blanchi par la justice. Le jugement validera la vente du terrain qui a été divisé en 7 parts et chaque part a été cédée pour la somme insignifiante de 140 millions de centimes.

jugement-bouchaoui-p42

Jugement-BOUCHAOUI-P4

jugement-bouchaoui-p51

Jugement-BOUCHAOUI-P5

On retrouve tous ces personnages, ou presque, dans d’autres affaires, toutes ont un lien avec le ministre Cherif Rahmani : Affaire Coffor, entreprise impliquée dans le scandale BRC.

jugement-bouchaoui-p-6

Jugement-BOUCHAOUI-p-6

Tunis : Béji Caïed Essebssi président ?

Le quotidien tunisien Al Maghrib, rapporte dans son édition de ce mercredi 11 septembre 2013, qu’une organisation nationale dont le journal tait le nom, aurait demandé lors des discussions avec les parties prenantes à la crise politique, le changement du chef de l’Etat. Cette organisation, soutenue par différents partis politiques, aurait proposé Béji Caïed Essebssi.

Le même journal croit savoir, que trois personnalités feraient objet de consensus auprès de l’opposition, pour prendre la place d’Ali Larayedh. Il s’agirait de Noureddine Hached, de Radhi Meddeb et Abdelkrim Zbidi.

S’agit-il des négociations et exigences de l’UGTT ?

On croit savoir que Béji Caïed Essebssi sera reçu dans l’après midi de ce mercredi par le chef de l’Etat algérien, Bouteflika Abdelaziz, à moins de vingt heures après avoir reçu Rached Ghannouchi, chef du parti islamiste Tunisien.

Cette rencontre, plutôt attendue, entre Ali Larayedh et Bouteflika ou entre Moncef Marzouki et Bouteflika, surtout après que les informations faisant état d’une consigne des décideurs Algériens pour une intervention militaire algérienne en Tunisie !

C’est plutôt, Rached Ghannouchi, simple président d’un parti et qui a toujours nié gouverner réellement la Tunisie, qui a rencontré le Bouteflika pour parler  «des relations Algéro-Tunisiennes, surtout dans les domaines de la sécurité et économique».

Avec cette rencontre, Rached Ghannouchi ne dépassait-il pas ainsi ses limites de chef de parti ?

En tout cas, si cela se confirme avec le temps, ça ne peut être qu’un piège d’Ennahdha pour Nidaa Tounes afin de garder l’ANC et rester au pouvoir.

La rue Tunisienne dit non aux arrangements douteux :

Béji Caïed Essebssi, qui est Chef de parti d’opposition ne peut être indépendant et neutre. Si les islamistes acceptent la désignation de ce dernier au palais de Carthage, cela cache des arrangements non écrits. Ni Meddeb ni Hached ne sont en mesure d’assurer une transition de tous les dangers. Tous les deux n’ont aucune expérience dans la gestion publique et de surcroit de crise. Zbidi, personnalité réellement indépendante, pourrait valablement occuper le poste de Président de la République avec des prérogatives de Chef d’exécutif assisté par un premier ministre qui ne peut être Mustapha Kamel Nabli. Lui dispose d’une expérience certaine dans la gouvernance publique, économique et financière.

Les revendications du peuple Tunisien ainsi que les événements en cours et les crises politiques et économiques traversées par le pays, exigent le changement du gouvernement en premier lieu ainsi qu’un changement au niveau de la présidence de la république en deuxième lieu.

Ces changements sont un préalable à une solution à la crise. Le problème de l’ANC et des nominations partisanes seront soulevés ultérieurement.

Par ailleurs, la nomination de Caied Essebsi, en tant que chef d’un parti non indépendant irait vers l’accentuation de la crise et provoquerait l’effet inverse de ce qui est recherché d’autant plus que cette nomination cacherait sûrement à n’en point douter des arrangements non écrits entre Nidaa Tounes et Ennahdha.

A moins de déclarer ouvertement ces arrangements tacites, la société civile refuse de facto cette nomination à la présidence de la république afin de ne pas tomber dans un autre piège tendu par Caied Essebsi et Ghanouchi.

Tunis : Béji Caïed Essebssi président ? dans Actualité caid_essebsi_ghannouchi_paris_banniere_8_18

La rencontre, jeudi 15 juillet, à Paris, entre Rached Ghannouchi et Béji Caïd Essebsi n'est certes pas un fait banal, mais ceux qui en attendent un changement dans les positions des deux parties en seront pour leur frais.

SCOOP AU FFS.

Le 20 Aout 2013, c’est Brahim Meziani le sénateur FFS de la wilaya de Bejaia qui a profité de la visite du premier secrétaire national du FFS, Ahmed Bétatache à Ifri Ouzellaguen pour inaugurer sa permanence parlementaire qui se situe juste à coté du siège de la section d’akbou. Ya dra, que sera la durée de vie de la permanence de Brahim Meziani ? Pourra-t-elle dépasser celle de Chafaa Bouaiche qui a déjà fermé ses portes juste après 8 mois d’ouverture?

Le consensus est fait à Béjaia : Pour un parti coupé de la société, les garages seront plus rentables avec un registre de commerce  »CAFÉ » !

REMAQUE : Le ledit sénateur a décidé seul (de faire semblant) d’ouvrir la permanence, il n’a informé ni la fédération ( Béjaia ), ni même pas la section d’Akbou qui est à quelques trentaines de mètres. 

Voici une photo prise lors de l’inauguration de la permanence d’Akbou, avec des membres de la direction.

SCOOP AU FFS. dans Algérie ffs

Remarque, avec l’égyptien Betatache tout est possible.

 

C’est grave messieurs : « Permanance » ce n’est pas un mot français, moi je connais permanEEEEEEEce avec E pas avec A. Un peu de respect pour la langue française.

Remarque, avec l’égyptien Betatache tout est possible.

Scandale au Vatican : Neuf prélats du Vatican accusés de pédophilie.

Scandale au Vatican : Neuf prélats du Vatican accusés de pédophilie. dans Confidences topelement

Des prélats du Vatican ont été dénoncés pour pédophilie par un prêtre catholique.

Un prêtre a dénoncé un vaste réseau de prostitution impliquant des mineurs et des prélats du Vatican. Ces derniers auraient payé jusqu’à 500 euros pour s’offrir des jeunes garçons.

Le Vatican doit faire face à un nouveau scandale: selon le journal italien « Corriere della Sera », le prêtre Patrizio Poggi a dénoncé le 8 mars dernier à la police romaine un vaste réseau de prostitution impliquant des garçons mineurs et des religieux. Parmi ceux-ci des prélats de haut rang.

Le prêtre aurait révélé le nom de neuf prélats qui rencontraient régulièrement des jeunes prostitués à Rome, avec la complicité d’un ancien policier. Ça n’avait rien de spontané ou d’improvisé, selon Patrizio Poggi. Il s’agissait d’un service très bien organisé.

Selon ses dires, l’ex-carabiniere recrutait les jeunes garçons près de la gare Termini. Il travaillait conjointement avec le manager d’une petite agence d’acteurs et de mannequin et un autre homme qui semble être le comptable d’une paroisse.

Les rencontres entre les religieux et ces garçons, essentiellement d’Europe de l’Est, avaient lieu dans une église en banlieue romaine. Les prélats pouvaient débourser entre 150 et 500 euros pour les services des jeunes prostitués, selon Patrizio Poggi.

Le roi du Maroc, Mohamed VI, hospitalisé à Paris.

 Le roi du Maroc, Mohamed VI, hospitalisé à Paris. dans Confidences mohamed-6

Le roi du Maroc, Mohammed VI, est surnommé le "roi de Betz"

Le roi du Maroc, Mohamed VI, hospitalisé à Paris. Il se trouve actuellement dans son luxueux palais de Betz pour une convalescence après avoir subit intervention chirurgicale à la suite des problèmes respiratoires.

A l’instar du président algérien Abdelaziz Bouteflika, un silence radio règne autour de l’état de santé de Mohammed VI. La presse marocaine a interdiction de faire allusion à ce sujet. Le souverain marocain, absent de son pays depuis quelques semaines, serait en France pour être soigné.

Voilà plusieurs jours que le roi du Maroc Mohammed VI se repose dans son château à Betz, situé en Picardie, en France. Sa présence n’est d’ailleurs pas passée inaperçue comme le précise Nadine, coiffeuse à Betz : « Tout le monde à Betz sait que le roi est dans son château. Encore ce matin (Jeudi 6 juin) j’ai vu le drapeau du Maroc et une voiture officielle devant la marie de Betz ». Inutile pour l’heure de programmer une visite vue de l’extérieur du château de Betz, une armada de forces de l’ordre vous en empêchera une fois arrivé aux abords de la bâtisse, à moins d’avoir un laissez-passer.

Il se murmure que Mohammed VI est, à l’instar de ses homologues algériens et mauritaniens, gravement malade. D’ailleurs, les apparitions télévisées quotidiennes du roi sont inexistantes depuis plusieurs jours dans le royaume alors qu’elles sont une habitude depuis son intronisation. Mais interdiction de parler de la santé du « Commandeur des croyants », cela équivaut à un blasphème au royaume. Donc officiellement, aucune information viable quant à son état de santé.

Il n’est toutefois pas utile d’en parler pour s’apercevoir par soi-même que le souverain a pris un coup de vieux et qu’il a anormalement grossi depuis 2009. D’après un journaliste d’El Imparcial, Pedro Canales, Mohammed VI souffre d’une insuffisance rénale ou d’une maladie de foie qui l’obligerait ainsi à se déplacer régulièrement en France. Pour rappel, fin 2009, le monarque a été placé en convalescence de cinq jours pour une « infection » qui ne présente « aucune inquiétude sur sa santé », selon la publication à l’époque d’un communiqué de la Maison royale. Une annonce inédite sur l’état de santé du roi. « Sa Majesté le roi Mohammed VI [...] présente une infection à rotavirus avec signes digestifs et déshydratation aiguë nécessitant une convalescence de cinq jours », avait indiqué le communiqué signé par le Pr. Abdelaziz Maaouni, médecin personnel du roi et directeur de la clinique du Palais royal. Une « petite forme » qui obligea tout de même le roi à se déplacer par moment à l’aide d’une béquille.

Il n’est pas le seul de sa famille à avoir été hospitalisé en France puisque, ironie du sort, quelques temps plus tard son frère cadet, le prince Moulay Rachid, avait été à son tour « hospitalisé à Paris dans un état sérieux ». Alors que la presse française n’a pas manqué de diffuser l’information, les journalistes marocains n’ont eu d’autres choix que de parler de la pluie et du beau temps au risque d’être arrêtés par la police marocaine pour « publication malintentionnée d’une fausse information » ou bien « allégations et faits non véridiques ». C’est ce qui est arrivé à certains journalistes marocains qui ont « osé » parler de la santé du roi.

Les Marocains se posent la question : comment va Mohammed VI ? Quand celui-ci se décidera à annoncer la vérité à ses sujets ? A suivre…

SCOOP : ça coince au FFS.

SCOOP : ça coince au FFS. dans Actualité copie-de-581826_464476256973324_294744457_n

Ahmed Djedai ne figure pas parmi les membres du conseil national du FFS

Le présidium désigné par le cabinet noir du FFS se trouve déjà piégé après uniquement 24 heures de la fin des travaux du congrès. Ahmed Djedai, qui a retiré sa liste lors de l’élection de la direction collégiale, suite à des négociations/promesses d’être nommé ‘‘premier secrétaire national’’, se retrouve parmi les victimes de la machine des Baloul et rejoint ainsi les grands perdants. En effet, le saigneur Chaffaa Bouaiche (qui se dit : El Mouhtaram) a réussi son coup de fraude, et donc Ahmed Djedai ne figure pas parmi les membres du conseil national du FFS. Coup dur pour ce dernier, car les nouveaux statuts stipulent que : « Le premier secrétaire national sera désigné par le présidium parmi les membres élus au conseil national »

Beaucoup de congressistes et pas des moindres au vu de leur niveau politique et intellectuel quitteront le bateau et non sans dégâts après ce congrès puisque le FFS par ces manières machiavéliques redevient entre les mains de ces saigneurs (seigneurs) qui l’ont éclaboussé.

En route pour la prochaine entourloupe. Et ça a souvent marché.

On liquide d’abord les nouveaux jeunes, présents pour la première fois juste pour servir d’alibi, en limitant les dégâts à l’intérieur du congrès. Et le cabinet noir a pu compter sur l’indéniable talent d’hypnotiseur saigneur de Chaffaa Bouaiche qui a réussi à faire croire à chacun ce qu’il avait envie d’entendre et à endormir tout le monde.

Jugurtha Ait Ahmed (Fils de Hocine Ait Ahmed)  appelé pour le secours du cabinet noir

Jugurtha Ait Ahmed (Fils de Hocine Ait Ahmed) appelé pour le secours du cabinet noir

Puis on noie le poisson sur la liste du nouveau présidium, à propos duquel on essaie de limiter la casse au sein des présents majoritairement opposés à la liste fermée  proposée par le cabinet noir … sans toutefois ne renoncer à rien, sauf à retarder l’échéance de quelques heures jusqu’à ce que Jugurtha Ait Ahmed (Fils de Hocine Ait Ahmed) sera appelé pour le secours.

Jugurtha Ait Ahmed (Fils de Hocine Ait Ahmed) au secours du cabinet noir du FFS

Jugurtha Ait Ahmed (Fils de Hocine Ait Ahmed) au secours du cabinet noir du FFS

Puis on repousse carrément l’affaire du vote des congressistes car ça ne passe décidément pas. Mais au fond on ne renonce à rien, surtout quand l’horizon ne semble pas s’éclairer même grâce à la décision du cabinet noir sur le partage de tout les pouvoirs.

Et, comble du cynisme, si on en reparle ce n’est pas pour 2014, mais on l’annonce déjà pour l’après congrès fermé.

C’est tellement gros que ça pourrait même passer pour de la finesse !

Pendant ce temps-là on espère que la magie va opérer. Ce qui semble être le cas si on prête l’oreille pour écouter la réaction rapide et gourmande d’Ahmed Djedai.

Sur la forme, la mécanique est bien huilée. Mais c’est en se battant dans les coulisses sur le fond qu’ils réussiront à écarter cette odieuse manœuvre.

Le cabinet noir s’accapare du FFS.

Le cabinet noir s’accapare du FFS.

Le cabinet noir a tranché :

Superbe victoire, claironneront certains !

Congrès noir, affirmeront d’autres !

Le résultat est tombé, craint par les seconds, espérés par les premiers.

Le cabinet noir du FFS a tranché pour le partage des pouvoir.

Le cabinet noir du FFS a tranché pour le partage des pouvoir.

De quoi inviter les triomphateurs du jour à en rabattre et en particulier à renoncer clairement et définitivement à toute idée d’aller plus loin, car de surcroît Ait Ahmed Hocine a manqué aux congressistes en essayant de leur faire avaler le gros mensonge de sa maladie à la suite de son long voyage de retour d’un enterrement de ses proches au Maroc ! L’insulte a ainsi succédé à la provocation.

Car ne nous y trompons pas : Ait Ahmed Hocine ne se soucie absolument pas, ni des congressistes, ni des Algériens et de leur supposé désir de pouvoir conserver leur nationalité tout en exerçant des droits civiques, réduits d’ailleurs, sur notre territoire.

La seule chose qui l’intéresse c’est d’empocher la mise d’enterrer le FFS avec sa mort biologique à Lausanne. C’est petit et minable.

Le cabinet noir s’accapare du FFS et rajeunit les vieux.

Le cabinet noir s’accapare du FFS et rajeunit les vieux.

Tout le reste n’est que mensonge, manipulation et mépris pour ceux que l’on prétend promouvoir et qui ne deviennent que de malheureux otages d’un  » coup politique  » indigne.

N’aggravez pas votre cas devant les Algériens avec un nouveau coup de Jarnac qui ne pourra qu’accroître les tensions et les divisions. Ait Ahmed a beau croire que le temps va passer et que mois après mois la plaie se fermera et cicatrisera : il se trompe lourdement. Et le prix à payer sera terrible car on n’abîme pas ainsi son pays sans avoir à rendre rapidement des comptes, et je le crois sévèrement.

Sachez que non seulement votre projet capotera mais que, à l’arrivée vous subirez l’échec politique le plus terrible et le plus humiliant de l’histoire contemporaine.

Mais au passage l’Algérie aura trop souffert. Et ça nous ne vous laisserons pas le faire !

Nous allons bien voir, dans les jours qui viennent, comment tout ceci va évoluer.

La France « dissuasive » de Hollande : un pétard mouillé de 120 millions d’Euros

La France

missile M51

Dimanche 5 avril 2013 vers 9h30 dans la baie d’Audienne (Finistère), la France a fait un tir d’essai avec un missile balistique M51 lancé depuis le sous-marin nucléaire Le Vigilant. Après une minute de vol, le missile s’est autodétruit et a explosé en plusieurs fragments pour une raison inconnue. Heureusement, il n’avait pas de charge nucléaire. C’est le premier échec du genre depuis 1996. Coût du missile 120 millions d’euros.

La scène a été filmée et mise en ligne sur YouTube par Johan Marchant.

http://www.youtube.com/watch?v=k_DpHb6il34&feature=player_embedded

Abdelmadjid Sidi Saïd, patron de l’ UGTA, hospitalisé en suisse

Le secrétaire général de la centrale syndicale, Union générale des travailleurs algériens, Abdelmadjid Sidi Saïd, se trouve actuellement à Genève pour des soins médicaux, suite à un grave malaise cardiaque. Il est la troisième personnalité dans le cercle présidentielle à avoir choisit l’étranger pour des soins, après Abdelaziz Bouteflika (Val-De-Grâce, France) et Abdelkader Messahel (Erasme, Belgique), en l’espace de dix jours.

Selon des informations, Abdelmadjid Sidi Saïd a été transféré en urgence dans la nuit du mardi 30 avril vers une clinique privée à Genève, après un malaise cardiaque, suite à plusieurs maladies dont il souffre depuis plusieurs années. C’est ce qui a d’ailleurs expliqué son absence lors des festivités de la journée mondiale du travail, le 1 mai, et la finale de la coupe d’Algérie.

Agé de 64 ans, Abdelmadjid Sidi Saïd, est secrétaire général de l’UGTA depuis l’attentat qui a couté la vie à Abdelhak Benhamouda en 1997.

Abdelmadjid Sidi Saïd, patron de l’ UGTA, hospitalisé en suisse   dans Actualité p120510-22

Abdelmadjid Sidi Saïd, patron de l’ UGTA, hospitalisé en suisse

12345

Pourvillerupt2014 |
C2i3 |
Onesto |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demoschange
| Collectifensa
| I.D.E.A.L. GONFARON