Archive pour 'Confidences'

Dégradation de santé de Bouteflika.

Bouteflika,le 3 Mars 2014.

Selon une source très sure, une équipe médicale Française, composée de
deux médecins Français, exerçant dans l’Hôpital militaire du Val-De-Grâce, ont été dépêchés hier soir, jeudi, à Alger pour donner des soins au chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, qui a eu un malaise dans la matinée et qui est dans un état critique.

L’équipe médicale, qui a pris la destination d’Alger, en toute discrétion, pour prendre en charge les soins du président-candidat à un 4eme mandat, confirme encore une fois de plus, que le chef de l’Etat a perdu toutes ses capacités physiques et mentales. L’application de l’article 88 de la Constitution algérienne est encore d’actualité.

Sa dernière apparition à la télévision algérienne, le 3 Mars, lors du dépôt de son dossier de candidature au conseil constitutionnel, reste la plus pathétique, même avec le trucage des images par l’équipe de l’ENTV.

Devant la vague des mouvements des protestataires qui s’opposent à un 4eme mandat de Bouteflika et la convergence des appels à un boycott massif de cette mascarade, et même si, du coté de Val-De-Grâce c’est le silence totale, puisqu’aucun commentaire, ni confirmation ni démenti de l’information, cela semble que l’élection présidentielle du 17 avril est compromise.

Tizi Ouzou : L’installation du nouveau chef de sûreté de wilaya tarde.

Le DGSN, le général-major Abdelghani Hamel

Depuis plus de quatre mois, le 8 Octobre exactement, que la sureté de wilaya de Tizi Ouzou est restée sans chef. Le départ actionné d’Alger, de l’ancien chef de sûreté de wilaya, Moussa Belabbès, a causé un handicap pour la gestion du dossier, notamment que celui-ci a nettoyé la ville du phénomène du banditisme.

Son successeur intérimaire, Djamel Louli, n’a pris la fonction que 42 jours, du 8 octobre au 20 novembre, jour où il a eu un AVC et transféré en urgence au CHU de Tizi Ouzou. Il vient d’être admis à la retraite anticipée, pour invalide. Sa femme et son fils, capitaine du DRS au niveau du secteur militaire de Tizi Ouzou, ont refusé les offres du DGSN, le général-major Abdelghani Hamel, pour le transférer en France afin de subir les soins.

Depuis, des noms ont été annoncé pour le poste du chef de sûreté de wilaya, à l’image du chef de sûreté de wilaya de Tlemcen, Mbarek Lahlouhi et de Rachid Derouazi chef de sûreté de wilaya de Souk Ahras ou de l’ancien chef de la police judiciaire de Tizi Ouzou, Madjid Aknouche, qui n’est autre que l’actuel chef de sûreté de wilaya de Skikda.

Au final, on apprend que c’est le commissaire divisionnaire de la voirie de Tizi Ouzou, Djamel Hadjerass qui sera nommé à ce poste. Il devait être installé mardi 11 février par le DGSN mais cela a été reporté à dimanche 23 février sans aucune information. Concernant Moussa Belabbès, il sera lui aussi installé à la tête de la police de Souk Ahras.

Des proxénètes pour organiser Miss Djurdjura 2014 à Tizi-Ouzou.

Alors que certains s’affairent dans les derniers préparatifs de la 9eme édition de « la Miss Kabylie », qui aura lieu cette année le 12 janvier à l’hôtel les 3 roses (Ex-concorde) de Tizi-Ouzou, on apprend que d’autres pervers et proxénètes s’apprêtent à lancer une autre activité qu’ils ont nommé: « Miss Djurdjura » !

la 9eme édition de « la Miss Kabylie »

la 9eme édition de « la Miss Kabylie »

Pourquoi « Miss Djurdjura » alors que madame Feriel Ait Ahmed organise « la Miss Kabylie » depuis 2005 ?

Probablement un effet de l’engourdissement de la fin d’année 2013.

Il ne s’agit que du couple Ould Ali El-Hadi et de son conseiller culturel, Hocine Haroun, artiste aux talents multiples, et néanmoins président de l’APW FFS de Tizi-Ouzou, ayant apporté son soutien au directeur de la culture, après l’annonce par l’APW de Tizi-Ouzou, en février 2011, de l’ouverture officielle d’une enquête concernant la gestion des travaux de rénovation du théâtre régional Kateb Yacine. Et pour rajouter de la sauce à ces deux complices de la folklorisation de la Kabylie, ils ont fait appel à un autre serviteur qui n’est autre que le patron de l’école hôtelière privée « le Jardin Secret », Farid Ait Bachir, habitué d’organiser des soirées – de tout est permis- dans son commerce situé au lotissement Hamoutene de M’douha.

Le couple HAROUNE-OULD ALI , les deux compères

Le couple HAROUNE-OULD ALI , les deux compères

Un an après les élections locales, nous n’avons vu qu’un « semblant président d’APW, surnommé artiste aux talents multiples » engoncé et gêné aux entournures, encore mal remis du désaveu que la réalité lui a froidement infligé à propos des subventions accordées au mouvement associatif, n’ayant même pas le courage de s’en expliquer…ou de s’en excuser. (On reviendra sur ce sujet).

Hocine Khelifa, directeur des opérations du Jardin Secret, un repris de justice, mouillé mainte fois dans des affaires de chèques sans provisions, aurait été chargé par le directeur de la culture de Tizi-Ouzou, Ould Ali El-Hadi (ex directeur de campagne de Bouteflika à Tizi-Ouzou) pour organiser un défilé intitulé « Miss Djurdjura ».

Hocine Khelifa, directeur des opérations du Jardin Secret

Hocine Khelifa, directeur des opérations du Jardin Secret

A l’heure actuelle plusieurs filles auraient retiré leurs candidatures suite à des propositions inappropriées de la part des organisateurs. Connaissant le CV des organisateurs, il faut se poser un tat de questions. Cette idée soudaine d’organiser un défilé de mode « Miss Djurdjura », à l’approche des élections présidentielles, par des non professionnels dans le domaine, nous amène à se demander à quoi sera destiné ce ballet.

Et c’est bien cela qui est le plus grave : nous avons, en guise de responsables, des hommes, déshonorables et incapables d’être sympathiques, et dont la seule orientation pour être maintenus a été la soumission, la trahison et le marchandage. Tout simplement, des dealers politiques. Des hommes dont le programme se résumait ainsi. 

Ça sera surement un échec sur toute la ligne….
Une fille avertit en vaux deux.

L’AVC du chef de sûreté de la wilaya de Tizi-Ouzou

La police de Tizi-Ouzou sans chef

La police de Tizi-Ouzou sans chef

Djamel Louli, chef de sûreté de la wilaya de Tizi-Ouzou, intérimaire depuis mardi 8 octobre, est toujours gardé au CHU Nédir Mohamed de Tizi-Ouzou, dans un état critique.

Admis en urgence durant la nuit de mercredi 20 novembre, suite à un malaise cardiaque selon les informations qui circulent, il s’est avéré finalement que c’est un AVC et il est paralysé au coté gauche, comme exactement le cas du chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika.

On vient d’apprendre que sa femme et son fils, capitaine du DRS au secteur militaire de Tizi-Ouzou, ont refusé l’offre du général-major Abdelghani Hamel, directeur général de la sureté nationale, qui est une prise en charge de la DGSN et le transférer pour des soins à l’étranger.

Il semblerait que ce qui les intéresse, pour le moment, c’est de faire valoir ses droits à la retraite. Mais en attendant, le poste du chef de sûreté de wilaya est toujours vacant, en attendant l’arrivée de celui qui va gérer les prochaines élections présidentielles d’avril 2014 : Lahlouhi Mbrak, actuel chef de sûreté de la wilaya de Tlemcen.

Détournement à la ligue algérienne de la défense des Droits de l’Homme (LADDH)

Mustapha Bouchachi, député FFS au 4 eme congrés de la LADDH

Mustapha Bouchachi, député FFS au 4 eme congrés de la LADDH

C’était sous le pseudo-slogan « Pour une société civile libre, autonome et responsable » que la LADDH a tenue son quatrième congrès les 6 et 7 décembre 2013 au niveau de son siège sis au 5, rue, Pierre Vialla, Didouche Mourad, Alger, qui a vu Maitre Nour-Eddine Benissad réélu pour un autre mandat de quatre ans selon les nouveaux statuts issus de ce congrès.

Un congrès de retrouvailles entre les anciens du FFS convertis en UDS de Karim Tabou et leurs anciens camarades du parti de Hocine Ait Ahmed, qui n’a aucun objectif autre que la mise en conformité à la nouvelle loi (06-12) sur les associations.

Tout a été tactique : Le président d’honneur, Maitre Ali Yahia Abdenour n’a même pas été invité, par contre l’ancien président de la LADDH, Mustapha Bouchachi, député FFS, semble avoir toujours la mainmise sur cette aile de la ligue. Pour barrer la route à certains membres, en l’occurrence (Keddour CHOUICHA, Kamel Eddine FEKHAR, Falah HAMOUDI, Djabria NAILI), le conseil national de cette ligue, dominée par les opportunistes du FFS, ont tenus une réunion les 4 et 5 Octobre 2013 à Bejaia et ont suspendus ces militants de toutes activités organiques en attendant que la commission disciplinaire statue sur leur cas. Surement ils seront exclus.

Devant la crise financière qui secoue la LADDH, la proposition surprise pour la sortie n’est autre que les bailleurs de fonds. En effet, c’est le bureau de Tizi-Ouzou, renforcé par celui de Béjaia, qui avait donné instructions aux militants du mouvement associatif, affiliés à la LADDH, de postuler aux différents appels à projets des ONG et organismes internationaux pour soumettre des projets à financer. Les parlementaires du FFS seront un intermédiaire, en coulisse, pour accorder les subventions et en cas où des projets seront retenus, une marge de cette subvention sera versée à la Ligue. Voila la triste réalité de comment le parti de Hocine Ait Ahmed a perverti le combat des droits de l’Homme en Algérie.

APC de Tinebdar : fausse démission, réels soucis judiciaires et vraie manipulation

Par : K. Sahiri

Bejaïa, le 24 octobre 2013

Pour les nombreux citoyens de Tinebdar, la folie occupe bien les esprits des ribauds. Sérieusement impliqué dans une affaire de corruption, d’expropriation illicite de terrains et compromis dans de nombreuses affaires relevant du pénal, le maire de Tinebdar joue ses dernières cartes. Pour une fois, soyons « obligé » envers l’auteur de cette attaque: « Vous êtes tous corrompus !». Les propos sont du Wali de Bejaïa qui s’adressait au maire de Tinebdar et à ses élus, reçus en audience au siège de la Wilaya.

En bateau et en famille de ribauds

Sorti de cette rencontre, le maire accuse le coup et sort sa baguette à manipuler les ignares. Il barbouille une fausse démission qu’il envoie à toute la presse. Comme d’habitude, la presse de pacotille, à sa tête « la débauche de Kabylie » est la première  à relayer. Suivra, le correspondant local de Liberté, K. OUHNIA, éternel manipulé-conscient ou sempiternel commis des escrocs et catalogué de  symbole de l’hérésie par ses collègues, auquel fait appel, à chaque fois, son gourou pour faire, souvent, la publicité de la folie en dictée qui sert d’articles de presse pour un journal en mal de correspondants à Bejaïa. Heureusement que la majorité de la presse indépendante n’est pas tombée dans le panneau ! Disons-le, c’est une affaire de correspondant et non de journal. Pour mieux apprécier l’objet de la manipulation, la prouesse était de taille. Tenez-vous bien ! Trois députés du FFS, Chabatti, YAHIA Boukellal  et Chafaï Bouaïche se déplacent à Tinebdar en compagnie d’une députée du RND pour soutenir le maire escroc, et cerise sur le gâteau, il réussit à compromettre une délégation du MAK, qui, sincèrement n’avait rien de commun avec ces derniers mais qui a tout de même  servi à meubler le théâtre de la confusion et de l’ignominie.

Une affaire de corruption qui éclabousse tout  l’exécutif communal

Depuis que l’affaire du détournement des milliers de litres de Gasoil au niveau de l’APC est découverte, les citoyens ne parlent que de la nouvelle trouvaille des « Hellabas »- pas ceux de la frontière algéro-marocaine- qui ont réussi à brasser des millions de dinars en un temps record.

Devant l’ampleur de cette affaire, dont l’artisan en chef est premier magistrat communal, la wilaya de Bejaïa se trouve au devant de la scène et cette affaire est appelée,  Naftal-Connexion, depuis que le ministre de l’intérieur est interpellé par les élus de l’opposition en 2012.Pour sauver sa peau, le maire n’hésite pas à jeter en pâture ses employés à qui il veut endosser les détournements. Peine perdue pour l’idylle, les investigations menées attestent bien qu’il est le principal accusé, d’où l’agitation en cours et les manipulations distillées et compromissions montées.

Un honneur perdu et une excitation maladive

C’est une réelle descente aux enfers pour  un corrompu notoire. Il a trahit tous ses amis. Il a été un indicateur sans vergogne. Il ment comme il respire. Il pactise avec la honte et il s’agite à mourir.

Son honneur perdu ; « au crématoire …les collabos » !  

APC de Tinebdar : fausse démission, réels soucis judiciaires et vraie manipulation dans Confidences 527456_408771355842969_309511384_n

Braham Bennadji :Mieux vaut une fin qui fait mal plutôt qu'un mal sans fin

Héritage à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou

Héritage à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou dans Confidences 602202_523655481007389_1255940522_n

La culture algérienne devient otage d’une mafia

Quand la culture algérienne devient otage d’une mafia, on peut s’attendre à tout.

Le directeur de la culture de wilaya de Tizi-Ouzou, directeur de la maison de la culture Mouloud Mammeri, directeur du théatre régional Kateb Yacine, directeur de toutes les maisons de jeunes et bibliothéques de la wilaya, président de l’association ‘‘virtuelle’’ Si Moh Oumhend et deux fois de suite directeur de campagne électorale de Bouteflika, à Tizi-Ouzou, aux élections présidentielles de 2004 et 2009, chef de bande qui structure la mafia locale, le bachagha Ould Ali El Hadi est sur un autre scandale de taille, comme les précédents.

En effet, Oul Ali El Hadi, qui compte ses derniers jours à la téte de la direction de la culture qui a folkorisé depuis son instalation, vient de placer, à la fin du mois de Septembre, son frére Khaled comme conseiller à la culture, et ce, en vu de lui arracher ‘‘ou de lui laisser’’ la place de la direction, juste après sa nomination au ministére de Khalida Toumi dans les prochains jours.

Le fidéle serviteur du DRS et du pouvoir central d’Alger, puisqu’il n’est qu’un petit agent du DRS, croit avoir trouvé un bon héritier, pour garder la main mise sur l’institution et écarter tous les cadres, qu’il a choisit lui-méme, pourtant, pendant son exercice.

Il est à noter que Ould Ali El Hadi, n’a aucun diplôme universitaire : Quadriplant en troisiéme année Médecine à l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou jusqu’à 2000, il a essayé de s’inscrire en 2007 à la faculté de droit de Boukhalfa pour avoir une licence (suite à la note de l’ex-chef du gouvernement de l’époque, Ahmed Ouyahia, exigeant la nomination au poste de directeur, uniquement les personnes ayant au moins une licence) avant qu’il voit son dossier rejetté par l’administration, pour qu’à la fin il ‘‘se fait payé’’ un diplôme MBA (Master of Business Administration) dans une école privée à Tizi-Ouzou, sans jamais mettre les pieds.    

APW de Tizi-Ouzou: Les tableaux du Président de l’APW

Du temps où il était chef de cabinet du P/APW durant le mandat 2002-2005 (*), Hocine HAROUN, actuel président FFS de l’APW de Tizi-Ouzou, enseignant de son état et accessoirement artiste-peintre, a réussit à fourguer, à l’époque de la présidence de son collègue du même parti, feu Rabah AISSAT, plusieurs peintures à l’APW de Tizi Ouzou.

Ces tableaux, qui ont tout de même couté plusieurs dizaines de milliers de Dinars au contribuable, ont orné les couloirs et le bureau du président de l’APW jusqu’à la fin du mandat dernier.

Depuis l’accession de Hocine HAROUN à la tête de cette institution, ces tableaux, inventoriés dans le patrimoine de la wilaya, ont mystérieusement disparu.

Il semblerait que le Président de l’APW les aurait « empruntés », début 2013, pour « les besoins d’une exposition » aurait-il prétexté aux fonctionnaires qui l’ont surpris en train de déménager les tableaux. Quant aux élus, même ceux parmi son exécutif, ils ne sont au courant de rien. Mais, car il y a un mais, ces peintures n’ont pas réapparu à ce jour.

On connaissait la fourberie du personnage et cette histoire de tableaux n’est qu’un infime échantillon de ce dont est capable Hocine HAROUN, l’artiste aux talents multiples.

En moins d’une année d’exercice, plusieurs scandales pointent déjà le bout de leurs nez: La falsification des résultats du village le plus propre, une discrimination aux relents de règlements de comptes bassement politiciens dans la distribution des maigres subventions attribuées aux communes et aux associations.

Les observateurs avertis de la scène politique locale prédissent que le règne de Hocine HAROUNE sera inscrit dans les annales, pour le malheur de notre région déjà terriblement meurtrie par l’acharnement du pouvoir central.

(*) Durant la même période, Hocine HAROUN était également conseiller d’OULD ALI El Hadi, directeur de la culture de la wilaya, directeur de la maison de la culture et directeur du Théâtre KATEB Yacine. Pour la petite histoire, les deux compères ne se sont pas privés, bien sûr, de faire leurs petites affaires puisque OULD ALI lui a aussi acheté plusieurs tableaux… avec l’argent public, bien évidement ! 

APW de Tizi-Ouzou: Les tableaux du Président de l'APW   dans Confidences yes

Les deux compéres : Hocine HAROUN et OULD ALI El Hadi

 

Tizi-Ouzou : Planification et urbanisme dites-vous !

Décerner un prix pour un village ou une commune les plus propres est une bonne initiative afin d’encourager la protection de l’environnement. Mais juste à 250 mètres des sièges de la wilaya et de l’assemblée populaire de wilaya de Tizi-Ouzou c’est un autre monde que les deux responsables, wali et P/APW, semblent ne pas voir pour ne pas dire n’ont jamais vu !

Tizi-Ouzou : Planification et urbanisme dites-vous ! dans Confidences p071_0_00_2

cérémonie de remise des prix aux lauréats du concours Rabah Aissat

Si dans la matinée du dimanche 13 octobre 2013, s’est déroulée dans la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou, la cérémonie de remise des prix aux lauréats du concours Rabah Aissat des deux villages et de la commune les plus propres, il faut signaler que c’est le Wali de Tizi-Ouzou, Abdelkader Bouazghi, qui décide, à la dernière minute, de multiplier par deux le nombre des lauréats, sachant que, initialement, ce concours devait primer deux villages et une seule commune : « Couvres-moi, je te couvre, on se couvre tous tandis qu’il y aura de l’argent à distribuer ».

Au final, 4 milliards de centimes sont distribués comme suit : Les communes d’Azzefoune et de Tizi-Rached se verront décerner un prix de 10 millions de dinars par commune, tandis que les villages de Zoubga dans la commune d’Illilten, le village Ath Khlifa dans la commune d’Abi Youcef, le village Ath Zellal dans la commune de Souamâ et le village Thakhlidjth dans la commune d’Abi Youcef, seront dotés d’une somme de 5 millions de dinars chacun.

Pendant ce temps là, le chef lieu de wilaya demeure un eternel chantier, que ces deux responsables ignorent catégoriquement, sauf pour les besoins d’une visite ministérielle. La situation oblige.

En effet, la direction de l’urbanisme et de la construction (DUC) mérite bel et bien le surnom attribué par les citoyens de la ville des genêts : Direction de l’anarchie.

Des exemples sont multiples : Au niveau de Oued-Aissi, l’ancien rond-point construit en 2009 à la veille des élections présidentielles, a été refait en 2013 pour les besoins de la visite de Sellal Abdelmalek et ce à un coût de 350 millions de centimes. Ce rond-point a été démoli fin septembre pour relancer le projet de réalisation d’une trémie reliant Tizi-Ouzou et le chemin menant le barrage de Takhoukht.

Un autre projet scandale : La stèle érigée à la mémoire des martyrs de la wilaya. Une bougie réalisée sur la trémie du centre ville, en face du commissariat central et avec un coût de 14,7 milliards de centimes.

Aménagement du territoire ou des trottoirs : 

733859_544891488915263_1051426930_n dans Confidences

Aménagement du territoire ou des trottoirs

Les travaux d’aménagement des trottoirs de la nouvelle ville de Tizi-Ouzou, réceptionnés par les services de la DUC, à la fin du mois de Mai 2013, raflent la mise quatre mois après. On arrache tout, on démoli tout pour refaire d’autres aménagement tant qu’il y a de l’argent à gaspiller ! Personne ne sait, ni pourquoi ces travaux, ni quand seront achevés. 

1380107_544894415581637_1210823241_n

Urbanisme ou anarchie ?

Les affaires religieuses sont aussi touchées : Pour moraliser l’école, construire devant chaque nouvelle école une nouvelle mosquée, pourquoi pas dans chaque nouvelle citée et quartier !

La grande mosquée de la nouvelle ville de Tizi-Ouzou s’est adjugée une extension de rêve : En plus de son danger salafiste, car depuis plusieurs années elle est devenue un lieu de rencontre des salafistes qui viennent de partout, cette mosquée vient de bénéficier d’un projet de création d’un centre islamique dont les travaux ont débuté depuis avril, pour une durée de réalisation d’une année.

1375042_544054505665628_1460764201_n

Travaux d'extension de la grande mosquée de la nouvelle ville

 Les travaux en question, constituent un danger pour les automobilistes et piétons, comme le danger que représente le salafisme dans cette région.

Tizi-Ouzou aura son nouveau chef de sureté de wilaya bientôt

Depuis que l’ancien chef de la Sûreté de la wilaya de Tizi Ouzou, a été démis de ses fonctions mardi 8 octobre, les affaires sont confiées à son adjoint Djamel Louli qui assure l’intérim.

Une source bien informée nous indique que Tizi-Ouzou verra le retour de Madjid Aknouche à la tête de la police avant la fin de l’année en cours.

Natif de la ville côtière de Tigzirt, Madjid Aknouche, actuellement chef de sûreté de wilaya à Skikda depuis avril 2011 et ancien responsable de la police judiciaire à Tizi-Ouzou à l’époque où Ammar Djanati était numéro un de la police à Tizi-Ouzou, qui lui, n’était resté dans cette wilaya que 8 mois avant d’être relevé et muté à Tamanrasset après l’incident provoqué par des étudiants qui ont marché, de nuit, vers la résidence du wali.

Il sera nommé comme chef de sureté de wilaya dans les prochains jours, par le directeur général de la sureté nationale, le général Abdelghani Hamel.

Tizi-Ouzou aura son nouveau chef de sureté de wilaya bientôt dans Confidences le_dgsn_abdelghani_hamel_623896757

Le DGSN Abdelghani Hamel

12345

Pourvillerupt2014 |
C2i3 |
Onesto |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demoschange
| Collectifensa
| I.D.E.A.L. GONFARON