Archive pour 'Chronique de la semaine'

Palme d’or du Festival de Cannes: Après le mariage pour tous, le cinéma pour tous l’emporte.

Palme d'or du Festival de Cannes: Après le mariage pour tous, le cinéma pour tous l'emporte. dans Actualité presidium-ffs

Mohand Amokrane CHERIFI, Ali LASKRI, Rachid HALET, Saida ICHALLAMENE et Aziz BALOUL composent le Présidium.

Le Front des Forces Socialistes (FFS) a visiblement tremblé une nouvelle fois, tôt durant la matinée du 25/05/2013 sous le chapiteau au moment du déroulement du cirque payant à Zeralda, où une secousse tellurique de magnitude 5,1 sur l’échelle de Nebou, un soumis illettré de tous les temps.

Le tremblement a été ressentie dans toutes les régions, ainsi que dans d’autres pays notamment l’Europe, et l’Amérique où existe une forte concentration de la communauté Algérienne. Le premier bilan fait état de plusieurs blessés sur le plan moral et ce, suite à l’annonce des membres du présidium. Par ailleurs, une vieille carcasse aux sentiments faibles s’est effondrée, partiellement pleurniche en cachette derrière le chapiteau mis en place.

Le Centre de recherche en astronomie politique situé à Lausanne, situe l’épicentre de la secousse au même endroit que celui du 2007. Soit à 6 km ouest de Zeralda, plus exactement à coté de oued Mazafran. Selon le Premier ATEVELOUCHE, ce n’est pas la première fois une secousse d’une telle magnitude se produit dans la même zone depuis 1990. La première d’une magnitude de 10,1 sur l’échelle de Djeddai & Cie a eu lieu en 2007.

Pour rappel, ces dernières décennies, plusieurs secousses de faibles magnitudes ont été enregistrées. D’après certains spécialistes, ces séries de secousses ont débutées depuis le retour de Mr Fax vers le pays des verdures et des rivières.

L’origine de l’instabilité du sol mis en place par un Bulldozer conduit par un conducteur d’Ait Bouadddou sur lequel la structure s’est basée le FFS, est derrière les causes de ces événements sismiques.

Sans doute, d’autres répliques sont à prévoir dans les mois à venir.

A l’heure de la rédaction de ce présent article, on nous signale par cellulaire 5G qu’il y a eu des dégâts sur le plan psychique des 1040 porteurs de badges de couleurs bleu ciel. Information confirmée par un organe auxiliaire de Cheraga travaillant dans les coulisses proche du cabinet noir, dont le siège est situé à El Mouradia. Un organe de régulateur des secousses et des répliques.

Par ailleurs, cela n’a pas été sans créer un mouvement de panique chez les participants venus en grands nombres des hauteurs de la grande et de la petite Kabylie.

Afin de parer à toute éventualité en pareille circonstance, par mesure de sécurité, en craignant d’autres répliques d’une importance particulière, les nouveaux recrus quittèrent le chapiteau pour se retrouver dehors. Fort heureusement, cette secousse est intervenue au moment où, les membres fondateurs et Mr FAX étaient absents. Donc, plus de peur que de mal…

Le FFS est divisé en deux … Il y a ceux qui ont payé de leur sang (martyres de 1963) et ceux qui sont dans les salons (Ait Ahmed et son cabinet noir).

C’est le Co-président de l’atelier des statuts, M. Ahmed BETATACHE (Chef de groupe parlementaire) qui a annoncé en plénière du Congrès que les statuts du parti consacrent désormais Hocine AIT AHMED président d’honneur du FFS.

580397_189259984563175_1443269044_n1 dans Algérie

Plénière du Congrès FFS : Adoption des résolutions et liste fermée.

En octobre 1956, Ait Ahmed parmi les cinq chefs de la Révolution Algérienne, présent dans l’avion détourné par les autorités françaises. En mai 2013, Ait Ahmed absent parmi les cinq chefs composant le « Presidium » dans le chalutier transporté par rivière, à l’au…

Définition d’un responsable Algérien :

Personnalité « importante » traitée au VAL- DE –GRÂCE, hôpital militaire à Paris, laissant le reste des citoyens dits « sujets » mourir dans les hôpitaux de notre riche pays. 

En Algérie, il y a des personnages plus importants que d’autres, qui méritent de vivre et d’autres NON !!!

Abdelaziz BOUTEFLIKA a eu AVC sans séquelles, d’après les communiqués de la présidence, traité au VAL- DE –GRÂCE, hôpital militaire à Paris. La vie de notre président a autant de valeur que la vie des 20 000 malades algériens atteints de cancer à qui on ne donne pas le choix, ils doivent rester en Algérie, leur pays riche, qui les condamne à mort, en leur refusant l’accès aux centres de radiothérapie Tunisiens et Marocains. 

Je souhaite un prompt rétablissement à tous ces malades, et je considère que toute vie sur terre mérite le respect et la dignité qu’importe son statut, qu’importe son âge, qu’importe ses croyances et son appartenance. 

Tous les algériens sont des personnalités « importantes » qui méritent de vivre, qui méritent d’avoir des soins dignes, peuvent-ils seulement en avoir conscience ? Peuvent-ils se battre pour l’exiger pour eux-mêmes, pour leurs enfants, pour l’Algérie ?

Définition d’un responsable Algérien : dans Actualité 943511_537063936344713_468718639_n

Définition d’un responsable Algérien

UN VOLEUR QUI CRI AU VOL.

Désolé, J’ai beau faire des efforts, je n’y arrive pas !

Le premier effort fut pour regarder le « messager » du Président, lu par – son messager de l’ENTV – le soir du 19 Mars à la télévision. Non, ce n’était pas la fête de la victoire du 19 mars 1962, mais c’était celle de 2013, puisque la date est bien choisie.

Le deuxième pour écouter et observer les attitudes du Président sans trop y mettre de mauvaise volonté.

Le troisième, ce samedi matin, un beau jour de printemps ensoleillé, pour tenter l’analyse la plus objective possible, ce qui n’est pas aisé quand on est bel et bien en opposition assez totale avec ce qui se passe dans notre pays depuis plusieurs années.

Et bien, je l’avoue, en dépit de tous ces efforts malgré tout sincères, je n’y suis pas parvenu !

Je ne suis pas parvenu à accorder au Président Bouteflika le minimum de crédit. D’autant plus que, à sa place, un Président à la hauteur ne pavoiserait pas et ne se complairait dans ce qui est finalement une assez désolante médiocrité.

Car le feu est dans la maison et le Président semblerait en avoir pris conscience. L’Algérie s’enfonce…et monsieur Bouteflika fait des plaisanteries de mauvais gout. Le monde ne sera pas détruit par la faute de ceux qui font le mal, mais il le sera par celle de la majorité qui ne réagit pas.

Alors pourquoi un tel comportement désinvolte ?

Pardon, vous avez dit «La loi s’appliquera dans toute sa rigueur car l’Etat est déterminé à imposer le sérieux et l’intégrité dans le travail et n’hésitera pas à demander des comptes à toute personne coupable aux yeux de la loi, tout en veillant à recouvrer les droits spoliés» ?

Et si c’est bien le cas en l’occurrence, puisque vous venez de nous l’annoncer, commencez par vous-même d’abord : Où est passé le rapport de la cour des comptes vous concernant ? L’interrogation est d’autant moins insolente qu’on se souvient de la caricature de ‘‘SLIM’’ – qui vous concerne toujours – publiée dans les années 80.

UN VOLEUR QUI CRI AU VOL. dans Actualité arret-de-la-cour-des-comptes

Document publié le 9 août 1983 au journal « EL MOUDJAHID ».

En guise de pratique déontologique, votre « discours de trop » c’est un peu raté non ? Tondre les moutons et nous vendre la laine, si c’est gratuit, c’est vous le produit. C’est ça votre politique !

Rassurez-vous : ce suspense insoutenable arrive bientôt à son terme. Vous avez juridiquement tort parce que vous êtes politiquement impliqué dans tous les dossiers, les grands dossiers de corruption, qui ont secoué l’Algérie depuis votre arrivée en 1999. C’est votre entourage, vos proches, votre famille directe : Le Clan d’Oudjda qui a plongé l’Algérie dans le chaos.
On croyait cette époque révolue : il n’en est rien. On ne veut pas crier ‘‘Au secours, Chakib Khelil, Said Bouteflika, Abdelmouméne Khalifa, et tant d’autres, reviennent !’’

Il a donc décidé de continuer d’être un président virtuel et exercer la fonction qu’il a accaparée par messagerie. La situation est grave et le problème est sérieux et on ne peut se permettre de le traiter de la sorte.

Non Monsieur le Président, ce ne sont pas des défaillances ou des erreurs de gestion mais bel et bien de la dilapidation des biens publiques, appelez ça corruption, gaspillage ou se servir c’est tout en même temps. Il faut arrêter de prendre les algériens pour des cons. Le bakchich est devenu chez nous une pratique normale et courante, pratiques moyenne orientaliste amplifiées à votre arrivée au pouvoir. Oui Monsieur le Président, beaucoup de nouveaux riches sont apparus sous votre gouvernance. De la maffia du ciment, à la maffia du fer à la mafia de l’import, la douane, les impôts, les terres agricoles, les terrains à béton, tout est pourri, rien ne va Monsieur le Président et vous le savez mieux que quiconque. Comment voulez vous que des Algériens aiment leur pays quand ils voient toute cette injustice? Oui nous en avons marre de tous ça; alors que nous savons que notre pays est un beau pays riche de son sol riche de ses hommes et riche de son histoire.

Alors , si vous ne pouvez plus affronter les caméras, si les déplacements vous épuisent, si le rythme auquel vous changer vos couches vous indispose… à ce moment là, le meilleurs service que vous pouvez rendre à l’Algérie et son peuple, c’est de partir… sans vous, l’Algérie ne sera que plus belle, elle ne sera que plus joyeuse et libre. N’est ce pas TAB JNANOU ?

les-lapins-de-mars-avant-les-poissons-davril- dans Algérie

Les lapins de mars avant les poissons d'avril ! Hic du 21 Mars 2013

 

 

APW de Tizi-Ouzou : LE PÉDALO PREND L’EAU !

Comme il fallait s’y attendre, au deuxième jour de la session de l’Assemblée, la coalition FFS-FLN-RND a bien démontré ses limites et ses incompétences. Le Wali avoue l’anarchie de l’organisation de cette session. Quel aveu ! Les masques commencent déjà à tomber, vite, plus vite qu’on imaginait.

APW de Tizi-Ouzou : LE PÉDALO PREND L'EAU ! dans Chronique de la semaine 2012_07_3082_27_377348280

Le wali de Tizi Ouzou, Abdelkader Bouazghi.

De L’APW où nous avons assisté  depuis hier aux travaux de la session ordinaire « pour la présentation du bilan du Wali ! », j’ai appris la catastrophe dont laquelle se baigne notre assemblée gérée par des opportunistes.

Ce résultat est sans appel : Le FFS, au pouvoir depuis à peine 3 mois, grâce aux deux partis de l’alliance présidentielle d’Alger avec lesquels il partage la cagnotte de l’APW, subit ici un revers qui en dit long sur l’état de notre région et sur le jugement porté par la population Kabyle sur leurs nouveaux gouvernants, leur action et leurs résultats.

4-apw-tizi-ouzou_prefecture_ph-agraw dans Chronique de la semaine

APW de Tizi-Ouzou

 

Le verdict est terrible pour une alliance au  pouvoir qui, non contente de se renier en permanence, se révèle incapable de fixer un cap lisible, compréhensible et donc acceptable par les citoyens.

Au lieu de cela, elle persiste dans les erreurs de copinage avec l’administration ! Mesures « sociétales » dangereuses et inutiles, poursuit la fuite en avant et s’avère dans l’impossibilité de tenir ‘‘ses promesses électorales, maquillées de longs discours populistes’’ devant une région rebelle qui va bien finir par s’impatienter fin…2013 !

On en est désormais à tailler dans les investisseurs privés qui continuent à fuir la capitale du Djurdjura, et assister à ceux qui s’accaparent des richesses pour s’octroyer des prestations familiales, superbe message adressé aux familles de la grande Kabylie, qui a enfanté Abane Ramdane, Amirouche, Krim Belkacem … auxquelles on s’apprête à imposer, avec l’ineptie de la formule « RE », le démantèlement de notre unique richesse : La culture, notre organisation sociale.

Pendant ce temps, en quête de  » gros volumes » d’argent frais, le directeur de la culture de Tizi-Ouzou concocte une purge historique de notre budget de wilaya: il faut bien payer la « danseuse » de Tlemcen , qui persiste à croire et vouloir faire croire que le seul chemin possible pour sortir notre culture Kabyle de la torpeur dans laquelle elle est engluée consiste, encore et encore !, à créer de nouveaux moyens de détournement légalisés par le Wali, qui coûteront à la caisse de la Wilaya, déjà ‘‘trop pauvre avec ces médiocres’’, la bagatelle de….10 milliards de centimes :

5613_104306419110_6551814_a

Ould Ali El Hadi, directeur de la culture de Tizi-Ouzou

Un fond spécial pour Ould Ali El Hadi, qui n’est pas à présenter en 2013, mais surement qui va soulager « l’artiste aux talents multiples, le P/APW, et qui fera sans doute son bonheur». Un fond spécial pour la crétaion artistique, SIC ! Une nouvelle arnaque, avec art et maniére . Et là, Bravo à ce jeune élu de l’opposition : Belle leçon d’éthique politique.

Personne en fait ne devrait s’étonner de cette ahurissante hypothèse, le Président de l’Assemblée, dans ses explications alambiquées pour indiquer comment il allait financer tout cela, ayant précisé que cette création va soulager la culture, Ah il voulait dire son chef Ould Ali !.
Nos amis, les vrais artistes qui ne se regardent pas dans le miroir plusieurs fois le même jour pour harceler les jeunes filles fonctionnaires de cette institution, jadis respectée et respectable,  pouvaient déjà s’attendre à fournir les « gros bataillons » de cette folle aventure…

images-11

Hocine Haroun, président de l'APW de Tizi-Ouzou

 

Et comme décidément, le toujours eternel directeur de culture (pour combien de temps encore ?) Ould Ali El Hadi, a le vent en poupe, il est en passe de subir un nouveau désaveu de plus avec le probable départ de sa Khalida, secoué par le fameux scandale –Tlemcen, capitale de la culture islamique –  et dont des livres ont été distribué aux établissements scolaires et associations dans la bonne vieille ville des Genets et à travers tout les coins de la Kabylie ! Le meme jeune élu, preuves à l’apui, a mis à nu toute une stratégie d’antikabylisme et de déculturalisatisation de la région.

Ainsi, après d’autres importantes communes dirigées par l’alliance naturelle contre nature FFS-FLN-RND, c’est le bastion de la démocratie qui s’apprête à offrir au doux et dangereux rêveur un camouflet de taille !

Tout un symbole, un repère !

À un mois de la commémoration du 23 eme anniversaire du printemps Berbère d’avril 1980, et que l’arithmétique actuelle permettra heureusement de faire un calcul : la démonstration de force du peuple lorsque les rues lui en donnent la possibilité. La radio « Kabyle » de Tizi-Ouzou, avec une mission de dé-culturaliser la région, a trop fait de dégâts. Basta !

1f0-radio-djurdjura-1

Radio de Tizi-Ouzou

 

Le Président d’APW, plus que jamais en sursis, va probablement échapper au renversement de son exécutif.
Mais les Kabyles, dans leurs profondeurs, sont bien décidés à censurer son patron et ses amis de toujours, ce Ould Ali El Hadi et ce Wali « normaux » dont le pédalo coule… »normalement ».

Parfois, j’ai juste envie de partir et ne jamais revenir, des fois j’aimerais bien m’éloigner car j’ai trop supporté ;
Cela n’aurait pas grande importance si le sort de ma Kabylie et des Kabyles n’était pas en jeu ! Là encore, bravo à cette dame élue de l’opposition, qui de son coté a appuyé les dires de son camarade, jeune élu de l’opposition,en se demandant le pourquoi du bloccage des grands chantiers structurant pour la Kabylie, en citant le projet de la centrale thérmo-électrique d’Azzefoun qui a été bloqué par l’administration centrale, et le projet du grand CHU Tizi-Ouzou, par le sinistre Ahmed Ouyahia, tout en appelant l’assistance à élever le niveau des débats, au lieu de parler uniquement sur les ambulances et nids de poules. Nous comptons sur vous Madame pour dépoluer les débats. Barrer la route à ses incompétents d’opportunistes sera votre mission, l’honneur ne se marchande pas.

Pour la prochaine session de l’APW, ça sera un spectacle à ne pas manquer : Surement l’alliance sera l’eternel mauvais élève qui n’apprend pas ses leçons. Mais ne me dites pas que je serais obligé d’entendre, encore une autre fois, cette élue de l’alliance crier – encore une autre fois – « Pitié Monsieur le Wali » !

Ça sera vraiment des mendiants à l’Assemblée de Tizi-Ouzou, signe de la fin du mandat ou la fin du monde. 

APW de Tizi-Ouzou : L’alliance enfreigne les lois de la République

Coup de théâtre à l’Assemblée Populaire de Wilaya de Tizi-Ouzou, en ce Dimanche 17 Mars 2013, lors de sa première session ordinaire. Tout ce qu’on peut dire c’est : « PLUS QU’UNE ERREUR, UNE FAUTE….ET ELLE EST LOURDE ! ».

APW de Tizi-Ouzou : L’alliance enfreigne les lois de la République dans Chronique de la semaine apw-de-tizi-ouzou1

APW de Tizi-Ouzou

Passons de l’ordre du jour, qui, pour la première fois dans les anales de l’histoire, le Président de l’APW qui convoque une session ordinaire de l’assemblée pour présenter le bilan… du Wali ! On va s’habituer à voir et à comprendre enfin le lèche-bottes de celui qui aime se regarder dans le miroir, « L’artiste aux talents multiples », car la misère intellectuelle est la pire, surtout quand à cela s’ajoute la vulgarité de celui censé représenter le peuple.

pleniere-apw dans Flash - Scoop

Pleniere APW

En effet, juste à l’ouverture de la session, le groupe APW du RCD a vite pris la vedette, en donnant une leçon de fonctionnement de l’Assemblée, avec un point d’ordre formulé via son chef du groupe, et dont la presse présente détient des copies.

Voici le texte du point relatif au fonctionnement de l’APW :

(Point d’ordre formulé par le groupe RCD à l’APW de Tizi-Ouzou lors de la session du 17 mars 2013 :

À la lecture du Règlement Intérieur de l’APW adopté lors de la session du 13 janvier 2013, nous, élus RCD, avons relevé que certaines dispositions sont en totale contradiction avec celles de la Loi 12/07 du 21 février 2012 relative à la wilaya.

Ainsi,

1°/ Les articles 7 et 27 de ce Règlement Intérieur s’éloignent de l’esprit de la Loi 12/07 notamment son article 29. Ces deux articles s’inspirent plutôt d’une disposition de la Loi 90/09 du 07 avril 1990, c’est-à-dire d’une Loi éculée alors qu’ils auraient dû être conçus dans l’esprit de l’article 27 de la Loi en vigueur qui traite de la police des débats lors des sessions de l’Assemblée.

2°/ L’article 09 de ce Règlement Intérieur n’est pas non plus conforme à la Loi en vigueur qui stipule en son article 62 que le nombre de vice-présidences ne sauraient excéder 03 pour une APW comme celle de Tizi-Ouzou.

3°/ Enfin, l’article 31 du même Règlement Intérieur dénote une volonté d’introduire la censure dans cet hémicycle.

Vous conviendrez en effet que le besoin de formuler un point d’ordre ne découle pas seulement d’une réflexion concertée ; il relève souvent de la responsabilité et de l’appréciation personnelle de l’élu.

Nous vous remercions de ce que vous entreprendrez pour la mise en conformité de ce Règlement Intérieur avec la Loi N° 12/07). 

Pour le premier point, l’article 29 de la loi 12/07 du 21 février 2012 stipule que le Président de l’APW ne peut en aucun cas être président de la session. Le bureau de session doit être élu par l’assemblée et sera assisté par deux représentants du cabinet du secrétariat de la wilaya.

Concernant le deuxième point, l’article 62 de la loi 12/07 est en totale contradiction avec l’article 9 du règlement intérieur de cette assemblée : Une APW à 47 sièges (cas de Tizi-Ouzou) le nombre de vice présidences ne saurait excéder à 3. Mais il se trouve que l’alliance FFS-FLN-RND a installé 4 vices présidences en plus des 9 présidents de commissions, tous permanisés, sous les yeux de l’administration (Wali). Ignorance, magouilles ou négociation ? Car la quatrième vice présidence est bel et bien revenu à Madame Amer Ouali Djamila, épouse Bouaziz Farid (Fédéral FFS de Tizi-Ouzou) ! On reviendra prochainement sur cette affaire.

amer-ouali-djamila1

Amer Ouali Djamila, épouse Bouaziz Farid (Fédéral FFS de Tizi-Ouzou)

Revenons aux débats, loin des présentations des rapports des commissions par les élus de la coalition qui étaient dans la caquette de l’administration. Là aussi est un fiasco :

Le hasard a fait, que, au moment de la condamnation des quatre ex-maires FFS de Tizi-Ouzou par le tribunal d’Azazga, une élue APW FFS crée la surprise, bien sur sans être au courant de ce qui s’est passé à Azazga, oui vraiment c’est très loin 50 Kilomètres, pour celle qui a été accusée par le FFS de Tizi-Ouzou d’être une petite fille d’un Harki, et celle qui a traité Hocine Ait Ahmed de fils d’un Caïd, lors du rejet de son dossier pour les législatives du 10 Mai 2012. On se souvient qu’à cette époque là, ayant eu vent de cette traîtrise, elle s’est rendue au siège de la fédération  FFS de Tizi-Ouzou pour s’enquérir du sort de sa candidature, arrivée sur place, elle eut confirmation que son rejet (tardif) était dû au passé de son aïeul. Restant calme et avec une assurance Herculéenne, elle rétorqua: « Si, je suis évincée à cause des conneries de mon grand-père qu’en est-il d’Ait-Ahmed, qui lui, c’est son père qui était caïd?! » et de continuer devant l’assistance: « je sais qu’il s’agit bien de promotion canapé, ils n’auront pas ce qu’ils veulent avec moi ». Et là pour son élection à l’APW sur la liste du même FFS, qui a eu droit à ce fameux canapé?

Il s’agit de la jeune demoiselle aux triples couches encochées, avocate de Tadmait , Maitre Smaïl Nabila qui soulève la nécessité de créer une commission d’enquête sur le foncier. C’est évidement ce qui se passe à chaque fois qu’ont fait du ramassage d’ordures, sans tris, pour remplir les listes électorales. Et comme dit le proverbe arabe : Là où la diplomatie a échoué, il reste la femme.

smail-nabila1

Maitre Smaïl Nabila

     

Quel culot, quel toupet de l’entendre et la voir, pontifiante, égrenant les données du problème à la manière du sage qui arrive enfin pour assumer les lourdes responsabilités devant le présent et l’avenir que personne d’autre de son parti jusque là n’avait eu le courage d’aborder, pire encore : Le FFS l’a toujours refusé !

 

Enfin, on apprend que le siège national du FFS à Alger

siege-du-ffs-dalger1

Siege du FFS d'Alger

est en alerte ce soir : Les braves Hommes de la garde communale ont eu droit à une subvention , au titre du chapitre 911 (Affectation d’un budget, à la demande du wali). Bonne nouvelle pour ceux qui ont combattu le terrorisme, et pris en piège pour le FFS qui les a toujours traité de Milices.

Que ces gens qui ont fait tout l’inverse, qui ont tout critiqué, qui ont tout rejeté, se présentent aujourd’hui benoîtement en sauveurs de nos citoyens, se parant en supplément de l’auréole du courage, est tout simplement honteux.

 

Superbe escamotage d’une année d’un seul coup d’un seul !
Voilà qu’il les prend globalement pour des imbéciles frappés d’amnésie.

Ce Président d’APW est dangereux pour son amateurisme. Son arrogance et la violence en permanence sous-jacente de son propos sont des circonstances aggravantes.
Et sa loi, prétentieuse dans son intitulé et vide dans son contenu, ne sera qu’un maillon de plus dans le découragement rampant d’une région pourtant plein de talents mais qui n’en revient pas de constater le décalage entre la réalité qu’il vit au quotidien et les calembredaines de l’administration.

haroune-hocine-papw-tizi-ouzou

Haroune Hocine, P/APW Tizi-Ouzou

Avec en plus l’emphase bien déplacée d’un bien médiocre Wali « dé-serviteur » de la République.

abdelkader-bouazghi-wali-de-tizi-ouzou

Abdelkader Bouazghi, Wali de Tizi-Ouzou


Je craignais fort, il y a un an, de voir arriver à la tête de cette assemblée le pire Président, le pire exécutif de notre pauvre APW. 

Pour ma région, ma chère grande Kabylie, je ne me réjouis pas d’avoir eu raison.

Chronique (sans capote) de la semaine (pour Radio Campus)

Avant-hier, tout le monde trépignait d’impatience. Hier, chacun y allait de sa petite ou grande théorie sur le pape, qui est déjà un collabo, homophobe, misogyne et coincé du cul.

Moi, j’ai pas trop bien compris. On réclame tous un pape enfin proche des réalités du monde moderne et quand on le tient, avec tous les défauts de notre monde moderne, on trouve encore le moyen de se plaindre.

Mais bon. On ne va pas s’éterniser encore une fois sur la nature humaine et sa capacité incroyable de s’offusquer de ce qui se passe loin et de se taire sur ce qui la touche au quotidien. Ni sur sa fichue tendance à s’offusquer haut, fort et souvent sur le fait qu’on parle trop haut, trop fort et trop souvent de sujets qui sont si peu importants d’après ses propres dires. Y aura encore plein d’occasions pour ça.

Là où j’ai moi-même arrêté de me plaindre parce que tout le monde se plaignait, c’est quand j’ai appris :

-          Qu’un roi qui a eu une fille dans une relation adultère ira au Vatican féliciter le nouveau chef d’une institution qui réprouve les relations sexuelles hors mariage et l’infidélité.

-          Qu’un premier ministre homosexuel ira au Vatican féliciter le nouveau chef d’une institution qui parle de l’homosexualité comme d’une relation contre nature et immorale.

-          Qu’un ministre de droite ira au Vatican féliciter le nouveau chef d’une institution qui paraît-il sera dorénavant de gauche.

-          Qu’un ministre de la défense ira au Vatican féliciter le nouveau chef d’une institution qui dit toujours que la guerre, c’est mal, d’ailleurs tu ne tueras point.

Que tout ce beau monde interrompra  des négociations qualifiées par eux-mêmes « d’urgentes et indispensables » pour aller féliciter le nouveau chef d’une institution religieuse alors qu’eux-mêmes sont les chefs d’une institution neutre et garante de la séparation des pouvoirs.

Mais bon, on ne va pas leur faire un procès d’intention. Si ça se trouve, ils vont à Rome pour faire du lobbying. Ou pour piquer l’un ou l’autre chandelier et ramener les milliards qu’ils doivent nous trouver de toute urgence. Ou pour prendre des leçons de communication auprès d’une institution passée maitre depuis des millénaires dans l’art de rassembler les foules autour d’une utopie. Ou pour se confesser.

Ou alors, Albert y va pour dénoncer Didier, qui y va pour dénoncer Elio, qui y va pour dénoncer Pieter et personne ne reviendra !

Bref, on va faire comme Saint Thomas. On va attendre de voir. Et en attendant, on va croiser les doigts et consulter nos horoscopes pour voir si on trouvera demain amour, gloire et beauté ou s’ils nous prédisent toujours un avenir incertain.

 

L’U-DRS dégage ! Les Benyounès K.O ! Tant mieux !

Les BENYOUNES sont des Agents du DRS : Père, frères et fils. Ils « épaulent » le Pouvoir militaro-mafieux, ils sont aux mains des Généraux criminels prédateurs. Soleil-voyages, c’est à eux. Et bien d’autres privilèges illicites et illégaux. Trafics en tous genres, passe-droits, infractions et délits, fraudes généralisées, népotismes, interventionnisme, etc , sont leurs us et coutumes.

Flash back : Benyounès Mohand-Akli, alias Daniel avait été retourné en Juin 1964. « De force », sous la contrainte par les hommes de Kasdi Merbah et Abdellah Benhamza, respectivement le Chef de la SM et son Adjoint. C’était au lendemain du plasticage-provocation du Port d’Annaba par la Sécurité militaire (SM). Le coup a été imputé et collé arbitrairement à Mohand-Akli. Il fut injustement arrêté. Au terme du marchandage, et devant la menace de lui ôter la vie, celui-ci finit par céder. Et depuis il faisait partie de la longue liste des «correspondants», rabatteurs, informateurs, agents d’infiltration et de noyautage «retournés» de la même manière. —Et c’est bien Daniel qui avait mis aux prises Si Lhafid contre Bessaoud Md Arav jusqu’à l’affrontement physique : Le Lieutenant allé jusqu’à Ouadhias, sorta Bessaoud et le violenta, bref. Et Daniel fera recruter même son frère et son fils. Faut-il rappeler qu’à son passage à l’Université d’Alger, Amara Benyounès n’hésitait pas à menacer les étudiants contestataires, berbéristes, trotskystes et pagsistes. 

A présent, les Benyounès sont dans une «lutte à mort» contre la Kabylie : les Benyounès roulent pour le Clan Boutef-Zerhouni-Ould Kabila (ex-MALG/SM), ainsi que pour le Clan Mediène-Tartag (DRS/néo-MALG), les deux Clans puissants et forts du fait de leurs arrimages/amarrages/liens avec la Police politique….qui est le Sommet de la Pyramide du Pouvoir militaro-mafieux, et l’Enclave autoritaire principale qui commande tout, et bloque tout….. En effet, les Benyounès roulent pour les Services du DRS, « l’organisation criminelle » du Pouvoir militaire régnant depuis 1962…..

Les Benyounès, Hannachi comme leurs rivaux, sont au DRS. Ce sont des « Kds », des traitres…qui nous trahissent, en épaulant la Dictature militaire criminelle et sanguinaire…

Leur journal infeste, la Dépêche, un « organe de désinformation » soutient le Clan Boutef-Zerhouni-Ould Kablia (ex-MALG/SM),  il faut dire qu’au bled foutu, il n’y’a qu’un seul « Rédacteur en chef, le DRS », les journaux sont des organes de propagande contrôlés par le DRS…qu’on le veuille ou on le déplore ! De même pour bon nombre de sites internet et forums. La preuve en est qu’ils n’attaquent pas le Pouvoir militaire, les Généraux, ne disent rien sur les crimes très prépondérants du DRS, les massacres, les assassinats politiques, etc.

L’abominable et exécrable Amara Benyounès est allé récemment jusqu’à porter atteinte à la mémoire des disparus en tenant des propos injurieux à leur égard. Pour plaire à ses Chefs, les Généraux, l’ancien Ministre de la santé, membre du Directoire de campagne de Bouteflika lors des Présidentielles de 2009, SG du Mouvement Populaire Algérien (MPA, ex U.D.R-S), et actuel ministre de l’aménagement des ‘trottoirs’, pas territoire,  a qualifié les disparus de «terroristes». Un outrage de plus de la part d’un sinistre personnage qui ne rate aucune occasion pour louer ses maîtres et bénéficier de leurs largesses, au détriment de la mémoire collective et des souffrances des populations. Et il s’est attaqué aux journalistes de Canal+ après la transmission de leur excellent Documentaire sur les Moines de Tibhirine, assassinés par les sanguinaires du DRS. Ils accumulent donc toute une « collection » de forfaits et méfaits! Pire encore, ils croyaient « s’enorgueillir » et « être honorés » de chaque mission hautement spéciale et criminelle que la Gestapo d’Alger, alias le DRS, dont ils sont chargés.

Mohand-Akli Benyounes (dit Daniel), qui n’est autre que le frère ainé du ministre de l’aménagement du territoire et patron du nouveau né, le MPA, est maintenu au sénat depuis janvier 2013 par Bouteflika.

La proximité des Benyounes avec le pouvoir algérien n’est pas nouvelle. C’était Daniel, qui était derrière l’arrestation et l’exil de Bessaoud Mohand Arab en Angleterre (en 1978).

Daniel Benyounes, dont le fils est ex-beau fils du général Khaled Nezzar, est à la tête d’une agence de voyage créée depuis la fin des années 60 et le début des années 70, et  propriétaire de plusieurs biens immobiliers à Alger et à Paris, grâce à la caisse du FFS qu’il a dilapidé lors de la révolte du FFS en 1963.

L’autre frère Benyounes, Idir, directeur du quotidien que les Kabyles surnomment (la Débauche de Kabylie), a dilapidé la caisse et le matériel immobilier du journal « le Pays » alors qu’il était  directeur de ce journal qu’a racheté Issad Rebrab au milieu des années 90. Le journal a dû mettre les clés sous le paillasson quelques mois plus trad. Alors qu’il était chef du bureau du journal le Matin à Tizi-Ouzou, le « cleptomane historique »  Idir Benyounes, a détourné un terrain à la nouvelle ville (coté du fleuriste), avec la complicité de l’ex ministre FLN, Mohamed Nadir Hmimed, et l’eternel coordinateur de l’UGTA de Tizi-Ouzou, Bachir RAMDANI, destiné auparavant à accueillir la maison de la presse de la ville des genets, et a construit un immeuble de plusieurs étages, pour qu’ils le vendent. Idir n’a pas remboursé, à ce jour, les 20 millions de centimes (versées par chaque journaliste de Tizi-Ouzou à l’époque) pour la construction de la coopérative immobiliere dont il était président.

Concernant Amara Benyounes, secrétaire général du MPA et ministre de l’aménagement du territoire, la « Débauche de Kabylie », comme on l’appelle, a été créée avec l’argent qu’il a « dérobé lorsqu’il était ministre entre 2000 et 2002» et « les fonds du RCD » qu’aurait détourné. La proximité « des meilleurs informateurs du clan présidentiel sur la Kabylie » avec le pouvoir est sans limites surtout quand il s’agit d’envoyer la Kabylie au brasier.

QUESTIONS POUR UN CHAMPION :

DE QUI S’AGIT- IL ?

   Il apprend sa première leçon, simple mais efficace : pour régner sur Ait Bouaddou, il faut impérativement diviser Ait Djemaa. Pour cela un seul moyen ; évoquer Hmed Umeri.

Alors, il évoque Hmed Umeri dans ses chansons et même ses pièces de theatre.Objectif presque atteint. Heureusement qu’il y’avait des gens qui savaient  que derrière « oh Linda se préparait oh el boumba ».

    Année 1984 : A l’approche du découpage administratif qui ferait d’Ait Bouaddou une nouvelle commune, les choses s’accélèrent. Il tente d’adhérer au parti unique, FLN, mais son dossier est rejeté. Il tente de passer par les égouts mais même cette voie lui fut coupée.

    Il sort un roman et oblige les élèves du CEM à l’acheter. Les élèves auxquels il est à ce jour redevable, parce qu’il était tout le temps absent.

   Ait Bouaddou est officiellement une commune, les jeux sont faits et les places sont prises. Non il reste encore l’UNJA .Il devient un responsable et fait disparaître le matériel de musique  de cette organisation de masse du FLN.

Au moment où tout Ait Bouaddou vivait au rythme du football, jaloux de l’équipe d’Ait Djemaa, il tente de la casser. Résultat : il casse tout le football à Ait Bouaddou et pour de longues années.

   Il forme un groupe de musique qu’il appelle At vuvadu. L’éditeur se trompe et transcrit  par At vuyadu.  Quelques jours après la sortie de la première et dernière cassette du groupe, un certain Hettal Hocine, dans une lettre publiée par l’hebdomadaire Algérie  Actualité l’accuse de lui avoir volé des chansons et traite le groupe de « trois pirates d’Ait Bouaddou ».

    Sur le plan politique, l’année 1985 fut marquée par l’arrestation et l’emprisonnement de militants de la cause berbère et des droits de l’homme. Le mois d’octobre, en réponse à un appel à une grève générale lancé par les étudiants de l’université de Tizi-Ouzou, les élèves du CEM d’Ait Bouadddou dont il était devenu le premier responsable organisèrent une grève. Il livra les meneurs (des adolescents)  à la kasma du FLN.

   Comme responsable d’un petit établissement scolaire (annexe CEM), il se fait remarquer par ses pratiques discriminatoires et contraires à la réglementation : alors que deux fourgons de la restauration ambulante se sont installés à Tizi Bwaklen, il autorise l’un d’eux à s’installer à l’intérieur de l’école. Les collégiens représentent environ 80 % de la clientèle. Bien sur, il a favorisé le restaurateur de son village.   

   Le 20 avril 1986, les élèves du CEM refusent de rejoindre les cours à l’occasion du 6e anniversaire du printemps Berbère. Il les menace par les propos suivants : « vous venez de commettre l’erreur la plus grave de votre vie ».

   L’ouverture démocratique de 1988/89 lui fait perdre la tête. Il espère prendre une place forte au sein du RCD mais il renonce vite parce que ses adversaires sont arrivés avant. Il panique. Il lui faut absolument une place dans un parti. Dans sa précipitation, il adhère au …PPA, ce dernier n’obtient pas d’agrément. Il le quitte en urgence et rejoint sans aucune conviction le FFS. A partir de là, commence pour lui une autre carrière ou il excella encore davantage dans la division et la zizanie, surtout durant son passage à la tête de la mairie d’Ait Bouaddou (1997/2002 et maire indu élu 2002/2005).

   La suite de l’histoire, tout le monde la connaît : bradage d’une ressource rare qui est l’eau, police à Tizi Bwaklen…..

   Devenu en 2005 chef du cabinet du Président de l’APW « feu Rabah Aissat », celui qu’on surnomme l’artiste est sitôt familiarisé avec le directeur de la culture de Tizi-Ouzou pour lequel il peint des tableaux pour une valeur dépassant les … 400 millions de centimes et exerçant au même temps la fonction du conseiller chez « Ould-Ali El Hadi ».

   Après l’annonce par l’APW de Tizi-Ouzou, en février 2011, de l’ouverture d’une enquête concernant la gestion des travaux de rénovation du théâtre régional Kateb Yacine, il lança une campagne de solidarité pour la Direction de la culture de Tizi-Ouzou et à sa tête Ould-Ali El Hadi pour lequel il signa une pétition de soutien.

   Au lendemain des élections locales du 29 Novembre 2012 ayant donné le FFS à la tête de l’APW de Tizi-Ouzou, l’artiste ‘‘aux talents multiples’’ réclame des PC « Ordinateurs portables » et des bons d’hôtels pour l’ensemble des élus composant l’alliance FFS-FLN-RND, avant de voir sa demande rejetée par le Docteur Moussa Tamadartaza (Fraichement élu président de cette assemblée).

   Une semaine après son élection comme président d’APW, au lendemain des sénatoriales, l’artiste ordonna d’enlever, sans motif, les toiles et tableaux qu’il a peint pour l’APW 2005/2007 et pour une valeur de 48 millions de centimes, mais sûrement pour les exposer ailleurs ou de les revendre à son chef (Directeur de la Culture de Tizi-Ouzou, qui est le vrai actuel P/APW). L’information a vite circulé dans les quatre coins de la grande Kabylie, l’artiste a été obligé de remettre les tableaux à leurs places puisque ces derniers sont répertoriés dans les registres et archives de l’assemblée populaire de wilaya.

   Vous avez deviné de qui il s’agit ? Bien sûr c’est le nouveau président de l’APW de Tizi-Ouzou.

Pourvillerupt2014 |
C2i3 |
Onesto |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demoschange
| Collectifensa
| I.D.E.A.L. GONFARON