Archive pour mars, 2013

FRANCE : Tour Eiffel sous haute tension

La Tour Eiffel a été évacuée, samedi 30 mars, vers 19 heures, après un appel téléphonique annonçant un attentat contre le célèbre monument parisien, selon les sites de L’Express  et de 20 minutes. L’attentat est annoncé pour 21h30, selon l’hebdomadaire qui cite une source policière et évoque un appel téléphonique « reçu en fin de journée » par les autorités. Les visiteurs et les personnes présentes dans le restaurant de la Tour Eiffel ont été dirigés vers le Champ-de-Mars. « Si des alertes de ce type sont fréquentes, celle-ci a visiblement été prise suffisamment au sérieux pour que soit déclenché le processus d’évacuation », rapporte L’Express

FRANCE : Tour Eiffel sous haute tension dans Actualité 1806203

La Tour Eiffel a été évacuée, samedi 30 mars, vers 19 heures.

Bachar El Assad aurait été abattu par son garde du corps

Selon le média arabe  » elitra  » , Bachar El Assad aurait été gravement blessé par balles hier soir samedi 23 mars par son garde du corps iranien et il serait entre la vie et la mort à l’hôpital Shami de Damas dont les rues adjacentes ont été fermées.

Bachar El Assad aurait été abattu par son garde du corps    dans Actualité images6

Le dictateur Syrien Bachar El Assad

L’armée de libération Syrienne rejette la rumeur selon laquelle Bachar El Assad a été tué : (merci à nos lecteurs arabophones de clarifier le texte ci dessous)

bgfhfyxcqaaywkx-300x300 dans International

L’armée de libération Syrienne rejette la rumeur

Plusieurs médias arabes annoncent que le président Bachar El Assad aurait été assassiné ce matin dimanche 24 mars par l’officier iranien, Mehdi al-Yacoubi (Mehdi Jacoby), un de ses gardes du corps.

L’information n’a pas été validée par les médias occidentaux, d’où l’emploi du conditionnel. Une autre nouvelle qui vient de tomber. En effet, Moaz al Khatib, président de la Coalition nationale syrienne, principale structure de l’opposition syrienne, vient  d’annoncer sa démission dans un communiqué diffusé dimanche sur sa page Facebook, et que les médias ont confirmé. 

 

Plusieurs médias arabes indiquent qu’il a été transporté en urgence à l’hôpital al-Sham de Damas dans un état grave, et que les routes autour de l’hôpital ont été bloquées par l’armée syrienne. Il est également fait état de la présence de forces armées en nombre à l’intérieur de l’hôpital.

l’hôpital al-Sham de Damas

Les programmes télévisés des télés syriennes ont été interrompus, dans une tentative de retarder la publication des informations jusqu’à ce qu’il soit clair que le président soit en vie ou décédé.

Nul doute que la guerre civile qui fait rage en Syrie ne sera pas un élément facilitant la confirmation ou l’infirmation de la mort de Bachar El Assad. Une telle nouvelle serait un tournant décisif dans le déroulement du conflit, qui a fait plus de 70 000 morts en deux ans, selon l’ONU.

bgb-sducyaa4py9-500x334

L’information n’a pas été validée par les médias occidentaux, d’où l’emploi du conditionnel

UN VOLEUR QUI CRI AU VOL.

Désolé, J’ai beau faire des efforts, je n’y arrive pas !

Le premier effort fut pour regarder le « messager » du Président, lu par – son messager de l’ENTV – le soir du 19 Mars à la télévision. Non, ce n’était pas la fête de la victoire du 19 mars 1962, mais c’était celle de 2013, puisque la date est bien choisie.

Le deuxième pour écouter et observer les attitudes du Président sans trop y mettre de mauvaise volonté.

Le troisième, ce samedi matin, un beau jour de printemps ensoleillé, pour tenter l’analyse la plus objective possible, ce qui n’est pas aisé quand on est bel et bien en opposition assez totale avec ce qui se passe dans notre pays depuis plusieurs années.

Et bien, je l’avoue, en dépit de tous ces efforts malgré tout sincères, je n’y suis pas parvenu !

Je ne suis pas parvenu à accorder au Président Bouteflika le minimum de crédit. D’autant plus que, à sa place, un Président à la hauteur ne pavoiserait pas et ne se complairait dans ce qui est finalement une assez désolante médiocrité.

Car le feu est dans la maison et le Président semblerait en avoir pris conscience. L’Algérie s’enfonce…et monsieur Bouteflika fait des plaisanteries de mauvais gout. Le monde ne sera pas détruit par la faute de ceux qui font le mal, mais il le sera par celle de la majorité qui ne réagit pas.

Alors pourquoi un tel comportement désinvolte ?

Pardon, vous avez dit «La loi s’appliquera dans toute sa rigueur car l’Etat est déterminé à imposer le sérieux et l’intégrité dans le travail et n’hésitera pas à demander des comptes à toute personne coupable aux yeux de la loi, tout en veillant à recouvrer les droits spoliés» ?

Et si c’est bien le cas en l’occurrence, puisque vous venez de nous l’annoncer, commencez par vous-même d’abord : Où est passé le rapport de la cour des comptes vous concernant ? L’interrogation est d’autant moins insolente qu’on se souvient de la caricature de ‘‘SLIM’’ – qui vous concerne toujours – publiée dans les années 80.

UN VOLEUR QUI CRI AU VOL. dans Actualité arret-de-la-cour-des-comptes

Document publié le 9 août 1983 au journal « EL MOUDJAHID ».

En guise de pratique déontologique, votre « discours de trop » c’est un peu raté non ? Tondre les moutons et nous vendre la laine, si c’est gratuit, c’est vous le produit. C’est ça votre politique !

Rassurez-vous : ce suspense insoutenable arrive bientôt à son terme. Vous avez juridiquement tort parce que vous êtes politiquement impliqué dans tous les dossiers, les grands dossiers de corruption, qui ont secoué l’Algérie depuis votre arrivée en 1999. C’est votre entourage, vos proches, votre famille directe : Le Clan d’Oudjda qui a plongé l’Algérie dans le chaos.
On croyait cette époque révolue : il n’en est rien. On ne veut pas crier ‘‘Au secours, Chakib Khelil, Said Bouteflika, Abdelmouméne Khalifa, et tant d’autres, reviennent !’’

Il a donc décidé de continuer d’être un président virtuel et exercer la fonction qu’il a accaparée par messagerie. La situation est grave et le problème est sérieux et on ne peut se permettre de le traiter de la sorte.

Non Monsieur le Président, ce ne sont pas des défaillances ou des erreurs de gestion mais bel et bien de la dilapidation des biens publiques, appelez ça corruption, gaspillage ou se servir c’est tout en même temps. Il faut arrêter de prendre les algériens pour des cons. Le bakchich est devenu chez nous une pratique normale et courante, pratiques moyenne orientaliste amplifiées à votre arrivée au pouvoir. Oui Monsieur le Président, beaucoup de nouveaux riches sont apparus sous votre gouvernance. De la maffia du ciment, à la maffia du fer à la mafia de l’import, la douane, les impôts, les terres agricoles, les terrains à béton, tout est pourri, rien ne va Monsieur le Président et vous le savez mieux que quiconque. Comment voulez vous que des Algériens aiment leur pays quand ils voient toute cette injustice? Oui nous en avons marre de tous ça; alors que nous savons que notre pays est un beau pays riche de son sol riche de ses hommes et riche de son histoire.

Alors , si vous ne pouvez plus affronter les caméras, si les déplacements vous épuisent, si le rythme auquel vous changer vos couches vous indispose… à ce moment là, le meilleurs service que vous pouvez rendre à l’Algérie et son peuple, c’est de partir… sans vous, l’Algérie ne sera que plus belle, elle ne sera que plus joyeuse et libre. N’est ce pas TAB JNANOU ?

les-lapins-de-mars-avant-les-poissons-davril- dans Algérie

Les lapins de mars avant les poissons d'avril ! Hic du 21 Mars 2013

 

 

Exclusif : Le général Tartag s’apprête à prendre les rênes du DRS à la place de « Toufik »

Le général Athman Tartag, dit Bachir, a été nommé début décembre 2011 à la tête du département de la sécurité intérieure (DSI) du DRS en remplacement du général « Ahmed » qui a été « démis de ses fonctions » selon l’information. Pour rappel, Tartag, est l’un des généraux Bentalha qui se sont illustrés par une sauvagerie extrême pendant la répression sanglante des années 90.

 

 

 

C’est le général Tartag qui a mené directement l’opération de l’assaut de Tiguentourine (Iin Aménas, 16 janvier 2013), en chargeant le général Djebbar, puisqu’à cette période le général Toufik était en France (le 15 janvier) pour des soins à cause de sa santé qui s’est dégradée. 

Exclusif : Le général Tartag s’apprête à prendre les rênes du DRS à la place de « Toufik » dans Confidences 602674_10200845190041999_2135268783_n

Le général Toufik et tartag à l'école militaire de Tamanfoust (19/03/2013)

Abdelmalek Sellal : Telle fille, tel père.

La fille du premier ministre Algérien Abdelmalek Sellal, qui est résidente en ce moment à Chelsea (Sud de Londres) est impliquée dans des affaires et relations financières douteuses avec Farid Bedjaoui, neveux de Mohamed Bedjaoui. Il s’avère qu’elle percevait un salaire de Saipem jusqu’à un passé récent.

Un autre dossier de corruption qui touche directement Abdelmalek Sellal lui-même. Il semble qu’il a été impliqué dans une corruption plus dangereuse : il s’agit d’une transaction (passation de contrat) pour prolonger la ligne du métro Hai El Badr – El Harrach, qui a été attribué au groupe Franco-Algérien Colas Rail-Kougc.

Abdelmalek Sellal : Telle fille, tel père.  dans Actualité sellal-kou-c-c

Sellal la fille, Sellal le père.


La société Kougc appartient à Réda Kouninaf, l’un des financiers les plus importants des campagnes électorales de Bouteflika. Selon des informations,
les travaux de ce contrat dont le coût est estimé à 110 millions d’euros seront achevés avant la fin de l’année 2014.

Pour Réda Kouninaf, il est connu pour être l’un des très proches de Said Bouteflika, ce qui pose de grandes interrogations sur ces affaires de corruptions qui secouent l’entourage du Président Abdelaziz Bouteflika.

metro_840884_679x417 dans Algérie

Métro d'Alger : Un autre dossier de corruption

Bejaia : Le maire de Tazmalt sans femme(s)

L’ex-député indépendant, qui avait rejoint le RND juste après avoir assassiné un jeune en 2007, se retrouve dans une situation que la loi de Dahou Ould Kablia n’a pas prévue.

Elu maire de Tazmalt, avec une majorité absolue (10 sièges sur 19, FFS 6 sièges, AHD 54 avec 3 sièges) le 29 novembre 2012, Smail mira se retrouve depuis le 7 mars dans un cas de vide juridique : Les trois femmes élues sur sa liste ainsi que cinq autres, dont deux hommes élus et trois autres femmes ‘‘suppléantes’’ ont déposés leurs démissions. Un cas qui va faire couler beaucoup d’encre, car la nouvelle loi n’a rien prévu dans ce cas là.

Bejaia : Le maire de Tazmalt sans femme(s) dans Algérie smail-mira

Smail mira, maire de Tazmalt

Il reste à savoir, si le ministère de l’intérieur et des collectivités locale, va, soit dissoudre cette assemblée, soit remplacer les élues par d’autres femmes issues des autres listes – et là le maire va perdre le contrôle de cette assemblée – et au pire : Le ministre va inventer, encore une autre loi, qui permettra de remplacer les femmes par des ….hommes !

Affaire à suivre, surtout quand il s’agit du nouveau régime indemnitaire concernant les élus locaux.

 

Chine : manipulation génétique effarante !

La Chine pense à rendre ses enfants plus intelligents grâce à une manipulation génétique ! 

Chine : manipulation génétique effarante ! dans Actualité chine

Les scientifiques chinois ont relevé l’ADN de 2000 personnes remarquablement intelligentes

A Shenzhen, les biologistes de Beijing Genomics Institute ont relevé l’ADN des personnes les plus intelligentes du monde. Après avoir classé leurs génomes, les scientifiques chinois ont aujourd’hui déterminé le gène de l’intelligence humaine. Grâce à leurs compétences en génétique, ils pourraient bien favoriser le plus intelligent des embryons.

Le gouvernement chinois apporte son soutien à un nouveau programme de génie génétique qui améliorerait les capacités intellectuelles des générations futures. Les connaissances acquises des biologistes de Beijing Genomics Institute leur permettraient aujourd’hui d’utiliser le gène qui a une influence sur l’intelligence, rapporte le site Vice.

Grâce à la génétique, le plus tordu des parents pourrait assurer un brillant Quotient Intellectuel à sa descendance. Ces possibilités d’application font froid dans le dos. Si les Chinois parviennent à réaliser de telles manipulations génétiques, que deviendront leurs enfants ? De brillants mutants. 

Pour ce faire, les scientifiques chinois ont relevé l’ADN de 2000 personnes remarquablement intelligentes dont celui de Geoffrey Miller, un psychologue évolutionniste et professeur à l’Université de New York, pour identifier le gène de l’intelligence.

« La plupart d’entre nous avons été recrutés lors de conférences scientifiques, ou par le bouche à oreille » avant d’ajouter : « Vous devez alors les convaincre que vous êtes aussi intelligents que vous prétendez l’être », déclare ce dernier.

Geoffrey Miller défend le programme de Beijing Genomics Institute. Il a participé avec enthousiasme à ce projet. Aujourd’hui, il est impatient de voir les biologistes le mettre en oeuvre.

Une manipulation génétique discutable

Les biologistes interviendraient sur une zone spécifique de l’embryon. Leurs analyses détermineraient alors si le gène de l’intelligence des parents est bien présent dans l’ADN de l’organisme. Si ce n’est pas le cas, « vous pouvez tester de nombreux embryons et analyser lequel d’entre eux sera le plus intelligent », poursuit le cerveau Geoffrey Miller. Toutefois, il nuance en précisant que « ce sont les gênes que les couples ont déjà ». Aussi, ce psychologue prévoit donc des consultations gratuites pour ces enfants qui apprendront qu’ils ont été génétiquement manipulés avant de venir au monde.

Dominer le monde à tout prix

Le projet de Beijing Genomics Institute ne vise pas essentiellement à satisfaire des parents inquiets d’avoir de brillants enfants. Après tout, leurs quotients intellectuels ne gagneraient que cinq points. L’ambition du gouvernement chinois est plus importante encore. « Le but de l’opération est de multiplier exponentiellement l’intelligence de la population », explique Geoffrey Miller. La Chine chercherait donc à renforcer sa domination sur le reste du monde en contrôlant l’ADN de ses enfants. Mais est-ce vraiment nécessaire…

LA RELIGION, UN FAUX PRETEXTE AUX VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

Les 193 États membres de l’ONU se sont accordés vendredi sur une déclaration dénonçant les violences faites aux femmes. Les pays musulmans ont accepté un paragraphe soulignant qu’ »aucune considération religieuse » ne pouvait justifier des violences.

Occidentaux et pays musulmans ont surmonté vendredi leurs profondes divergences pour s’accorder sur une déclaration de l’ONU qualifiée d’historique qui dénonce les violences faites aux femmes et définit un code de conduite pour les combattre.

A l’issue de près de deux semaines de négociations à New York entre les 193 Etats membres de l’ONU, l’Iran, la Libye, le Soudan et d’autres pays musulmans à l’origine très réticents ont accepté d’inclure dans cette déclaration un paragraphe soulignant que la violence contre les femmes et les filles ne pouvait se justifier « par aucune coutume, tradition ou considération religieuse ».

De leur côté, les pays occidentaux, notamment scandinaves, qui poussaient à l’adoption d’un texte vigoureux ont fait des concessions sur le chapitre des droits des homosexuelles et des droits sexuels.

Plus de 6.000 représentants de la société civile participaient depuis le 4 mars à cette 57e session annuelle de la Commission de l’ONU sur le statut de la femme. Des applaudissements nourris et des cris de joie ont salué l’annonce de l’adoption du texte tard vendredi soir au siège de l’ONU à New York.

 

LA RELIGION, UN FAUX PRETEXTE AUX VIOLENCES FAITES AUX FEMMES  dans Actualité 63923_481253168590696_932100837_n

Michelle Bachelet, directrice exécutive de ONU Femmes

Michelle Bachelet, directrice exécutive de ONU Femmes, a qualifié la réunion d’ »historique ». Juste après, l’ONU a annoncé que Mme Bachelet quittait son poste pour reprendre sa carrière politique au Chili, dont elle a été présidente.

Au cours des négociations, l’Iran, le Vatican ou la Russie s’étaient ligués dans une alliance conservatrice, selon des diplomates, pour tenter d’édulcorer le projet de déclaration finale soutenu par les Etats-Unis, le Canada et les Européens, notamment la Norvège et le Danemark. Cette impasse a menacé jusqu’à la dernière minute de faire échouer la réunion, comme cela avait été le cas en 2003.

Les pays conservateurs s’opposaient aussi à ce que des relations sexuelles imposées à une femme par son mari ou son compagnon soient considérées comme un viol et contestaient des références dans le texte au droit à l’avortement.

Les Frères musulmans en Egypte ont estimé vendredi que le texte en discussion à l’ONU était contraire à l’islam et conduirait à la « déchéance totale de la société » en cas d’adoption.

« La Commission demande instamment aux Etats de condamner avec force toutes formes de violence contre les femmes et les filles et de s’abstenir d’invoquer toute coutume, tradition ou considération religieuse pour se soustraire à leur obligation de mettre fin » à cette violence, proclame la déclaration.

Elle ajoute que les Etats doivent « accorder une attention particulière à l’abolition des pratiques et des lois discriminatrices envers les femmes et les filles ou qui perpétuent ou considèrent comme acceptable la violence exercée à leur égard ».

Les pays doivent « traiter et éradiquer en priorité les violences domestiques », souligne le texte.

« C’est le type de language susceptible de faire grincer des dents en Iran et dans les autres pays musulmans qui prônent un islam radical », a estimé un diplomate occidental présent à la réunion.

La conférence s’est tenue dans un contexte de mobilisation après l’attaque des talibans en octobre contre une adolescente pakistanaise, Malala Yousafzai, qui luttait pour promouvoir l’éducation des filles dans son pays, et le viol collectif d’une jeune Indienne en décembre dernier.

Selon un rapport de la Banque mondiale évoqué à la conférence, les femmes âgées de 15 à 44 ans sont plus nombreuses à décéder de mort violente que du paludisme, du sida ou du cancer réunis.

ARRET DE LA COUR DES COMPTES A L’ENCONTRE DE M. ABDELAZIZ BOUTEFLIKA

ARRÊT DE LA COUR DES COMPTES A L’ENCONTRE DE M. ABDELAZIZ BOUTEFLIKA

Par respect au serment prêté par les hauts fonctionnaires de la cour des comptes, nous republions l’arrêt de la cour des comptes mettant en cause celui qui prête serment la main sur le coran. Document publié le 9 août 1983 au journal « EL MOUDJAHID ». 

ARRÊT DE LA COUR DES COMPTES A L’ENCONTRE DE  M. ABDELAZIZ  BOUTEFLIKA 

ARRET DE LA COUR DES COMPTES A L’ENCONTRE DE M. ABDELAZIZ BOUTEFLIKA dans Actualité cours-des-comptes1

Cours des comptes

  • Mise en débet pour une somme de plus de 6 milliards de centimes. 
  • Transmission du dossier au ministère de la justice. 
  • La cour  des comptes (troisième chambre) a rendu hier un arrêt concernant la gestion, entre 1965 et 1978. de reliquats des exercices budgétaires et des recettes extrabudgétaires des postes diplomatiques et consulaires en mettant en débet M. Abdelaziz Bouteflika pour une somme dont la contre valeur en Dinars représente 58 868 679.85 DA qui reste à justifier.
  • La  cour a également mis en débit ce même justiciable pour une somme de 469 169.82 francs suisse, représentant une créance que détenait l’État algérien sur l’administration fiscale helvétique et dont le recouvrement relevait dûment d sa responsabilité.

Le montant de ces deux sommes totalise plus de 6 milliards de centimes.

Par ailleurs, l’instruction de cette affaire ayant relevé l’existence de faits délictueux préjudiciables au Trésor publique. La cour a décidé conformément aux dispositions de l’article 53 de la loi n 80-05 du 1er mars 1980, de transmettre l’ensemble du dossier au ministère de la Justice. 

En revanche la Cour n’a pas retenu la responsabilité de M Abdelaziz Bouteflika dans l’apurement des régies d’avances des postes diplomatique et consulaire entre 1962 et 1965. Les restes à justifier devant être apurés par la Trésorerie principale d’Alger. Ni dans celui des avances consenties aux fonctionnaires et dont le recouvrement devra être assuré par le ministère des affaires étrangères. 

D’autre part, la responsabilité  de certains hauts fonctionnaires du ministère des affaires étrangères n’a pas été retenue par la Cour des comptes qui a estimé que ceux-ci n’ont fait qu’obéir aux instructions écrites de leur ministre. Lesquelles ne faisaient peser sur eux aucune obligation dans le recouvrement des reliquats. 

Le montant de ces restes à justifier (58 868 679.85 DA) est l’aboutissement des longues investigations de l’institution tant au niveau de la trésorerie principale d’Alger qu’a celui du ministère des affaires étrangères. Et tient compte notamment du rapatriement par M. Abdelaziz Bouteflika au Trésor public. En date du 5 janvier 1979, de la contre valeur en dinars de la somme de 12 212 875.81 DA. En prévenance d la société des banques suisses à Genève. 

M. Abdelaziz Bouteflika, qui s’était ingéré dans le recouvrement des recettes revenant à l’État, en violation des principes fondamentaux de la comptabilité publique, sans avoir la qualité de comptable et sans agir sous le contrôle et pour le compte d’un comptable, a été déclaré comptable de fait. 

Agissant alors en qualité de ministre des affaires étrangères.  Il avait successivement ordonné aux chefs de missions diplomatiques et consulaires. Par instructions n° 36 du 1er mai 1967, n° 68 du 1er octobre 1969 : 

  • En 1966 de conserver au niveau des postes les soldes disponibles qui devront faire l’objet d’instructions ultérieures particulières ; 
  • En 1967, d’ouvrir au niveau des postes des comptes particuliers devant abriter des disponibilités ; 
  • En 1969, enfin de procéder au transfert des reliquats disponibles au niveau des postes vers deux comptes bancaires ouvert. Les reliquats des exercices intérieurs devaient désormais avoir la même destination.

Ces décisions avaient été prises en contradiction flagrante des dispositions des décrets n° 50-1413 du 13 novembre 1950 , du décret n° 65-259 du 14 octobre 1965, du décret n° 67-37 du 8 février 1967 et du décret n° 74-14 du 30 janvier 1974 qui faisait obligation de restitution au Trésor public de toute recette revenant à l’État. 

Le gel de cette importante trésorerie, qui a notamment profité à un établissement bancaire étranger, n’a donc obéi à aucun texte législatif ou réglementaire et sa gestion échappait totalement au contrôle du comptable supérieur du Trésor. 

Afin de tenter de justifier cette démarche qui lui permettait de gérer à sa guise des fonds publics et s’ingérer irrégulièrement dans le recouvrement de recettes revenantes à l’État, M Abdelaziz Bouteflika a invoqué à la cour la construction d’un nouveau siège du ministère des affaires étrangères dont la dépense serait couverte par cette trésorerie amassée à l’étranger. 

Ce motif fallacieux ne peut être pris en considération sachant qu’une opération d’investissement obéit à des règles bien précises qu’aucun ordonnateur ne peut ignorer et que l’éventuelle construction d’un nouveau siège du ministère des affaires étrangères doit être financée par des crédits normalement inscrits au budget de l’État. 

Ce faisant, M. Abdelaziz Bouteflika a pratiqué des fins frauduleuses une opération non-conforme aux dispositions, légales et réglementaires, commettant de ce fait des infractions prévues et punies par l’ordonnance n° 66-10 du 21 juin 1966 et les articles 424 et 425 du Code Pénal.  Avec l’arrêt rendu à l’encontre de ce justiciable le 6 janvier 1983 dans l’affaire du contrôle de la gestion de la régie occulte de devises au niveau du ministre des affaires étrangères, et confirmé par celui prononcé par la cour des comptes siégeant toutes chambres réunies le 14 mai dernier pour statuer sur les pourvois en cassation le concernant. L’arrêt d’hier met un point final aux affaires incriminant  M. Abdelaziz Bouteflika et clôt désormais au niveau de l’instruction les dossiers y afférents. 

[Source El Moudjahid du 9 août 1983 ]  

644324_10151400267348052_2077945535_n dans Algérie

Document publié le 9 août 1983 au journal « EL MOUDJAHID ».

Des prisonniers Algériens dans la rue.

Bonne nouvelle pour les prisonniers Algériens : Ils seront bientôt dans la rue, ils goûteront peut être un peu de liberté !

D’après H-T, fonctionnaire du ministère de l’intérieur et des collectivités locales,  un accord a été signé jeudi 21 février, entre le département de Dahou Ould Kablia, le ministère de l’environnement et de l’aménagement du territoire ainsi que celui des travaux publics.

Notre  source rajoute que cet accord complète celui déjà existant depuis fin 2006.

Si par le passé, soit en 2006, les prisonniers avaient droit à des sorties sur les terrains – chacun dans son domaine bien sur selon son fichier – pour alléger leurs jugements et faire bénéficier quelques secteurs économiques ou administratifs de leurs savoir faire (Cas des diplômés universitaires, par exemple), cette fois-ci cette décision vient leurs donner plus de liberté.

Alors, pour les besoins des collectivités locales dans les différents travaux (nettoyage de villes, aménagement et urbanisme), et à la demande des APC, des prisonniers seront mis à leurs dispositions, en contre partie  de 1000 Dinars/jour par prisonnier qui seront versé du budget des mairies à la caisse du trésorier de ladite prison, sachant déjà que les prisons déboursent 1500 Dinars/jour par prisonnier. Et la différence ?

Pour ce qui est des travaux publics, ces concernés risquent même de se retrouver affectés pour des travaux forcés de l’autoroute Est-Ouest, qui accuse un retard énorme, et là ça sera une main d’oeuvre gratuite pour les société étrangères !

La question qui se pose : Seront-ils en tenue civil accompagnés de services de sécurité ou bien ils seront habillés en tenue de prisonniers ? Dans les deux cas ça sera un scénario à craindre : Le bonheur des uns fait le malheur des autres.

Et si vous passez dans les milieux et vous assisterez à une des scènes imaginées, surtout ne pensez pas que c’est juste un tournage d’une caméra cachée ou d’un feuilleton pour le mois de Ramadhan ‘‘Lucky Luke et la ballade des Daltons : (Joe, Jack, William, Averell)’’, version Algérienne, par la sinistre unique chaine de télévision ENTV.

Des prisonniers Algériens dans la rue. dans Confidences images5

Les prisonniers Algériens seront bientôt dans la rue pour d'autres travaux forcés.

123456

Pourvillerupt2014 |
C2i3 |
Onesto |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demoschange
| Collectifensa
| I.D.E.A.L. GONFARON